Dakar-Echo

Le SAES rejette en bloc les propositions de Marie Teuw Niane

saes_ababacarLe Syndicat autonome de l’enseignement supérieur (SAES) observe un arrêt de travail de 72 heures à partir de jeudi pour continuer à dénoncer la loi-cadre relative à la gouvernance universitaire, votée le 26 décembre par l’Assemblée Nationale.

Un plan d’actions qui entre dans le cadre d’une série d’activités du SAES ponctuée par des débrayages, un sit-in et une cérémonie d’incinération de la loi dans les 5 universités publiques du Sénégal. Toutes les négociations que le gouvernement et les enseignants menaient jusqu’ici pour arrondir les angles ont connu un échec.

En attestent les deux séances de rencontres tenues la semaine dernière où les camarades de Seydi Ababacar Ndiaye, secrétaire général du SAES ont rejeté en bloc les propositions des techniciens du ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche.

Une séance plénière est attendue, ce vendredi 27 février, pour discuter sur la loi cadre et le protocole d’accords avec tous les ministères concernés sur ces deux questions.

Le Syndicat autonome de l’enseignement supérieur (SAES) ne lâche rien pour montrer sa détermination contre la loi cadre relative à la gouvernance universitaire adoptée à l’Assemblée nationale. En plus de la tenue d’un sit-in suivi par une cérémonie d’incinération de la loi, les camarades de Seydi Ababacar Ndiaye, secrétaire général du Saes, haussent le ton.

Ils comptent observer un arrêt de travail de 72 heures à partir de jeudi, aussi bien pour les enseignements du public que ceux du privé, ainsi que les activités administratives effectuées. C’est une décision prise par le Bureau national élargi aux coordonnateurs des comités de lutte qui s’est réuni samedi afin d’évaluer la situation et proposer un plan d’action.

Le communiqué parvenu à notre rédaction mentionne que ce « nouveau plan d’action prévoit aussi une réunion du BN élargi aux bureaux de sections, le samedi à Thiès, des assemblées générales de campus le lundi 2 mars 2015 à la suite de la plénière du 27 février 2015 avec le gouvernement ».

Dans tous les campus durant les 72 heures d’arrêt de travail, des séances d’explication de la loi à l’endroit des étudiants, des PATS (Personnels administratifs, techniques et de service) et de toute la société en sortant des campus sont prévues ». Le communiqué souligne que le « SAES prévoit aussi de rencontrer tous les syndicats de l’espace universitaire et scolaire, notamment le Grand cadre ».

En attendant le déroulé du nouveau plan d’actions, une plénière sera tenue entre les syndicats du supérieur et les ministères concernés, ce vendredi 27 février, pour faire le point sur les questions relatives à la loi et au protocole d’accords. Toutefois, le SAES tient à préciser que les réponses des techniciens du MESR ont été rejetées en bloc.

Car, il estime que le « ministre est dans une logique de travailler par rapport aux décrets d’application et de ne pas toucher la loi ». Seydi Ababacar Ndiaye et cie se veulent clairs : « on ne transige pas sur la loi. La base du SAES unanimement a dit que la loi doit être touchée.

Les techniciens du ministre ne touchent pas à la composition du Conseil d’administration qui est, selon eux, une directive présidentielle. Ce que nous rejetons en bloc ».

« Sur la loi cadre, nous avons eu deux séances la semaine dernière avec les techniciens des ministères où nous avons fait nos amendements. Les techniciens du ministre ont apporté des réponses techniques. Leurs réponses ne nous ont pas satisfaites du tout.

Nous verrons à la plénière ce que les trois ministres vont répondre à la loi cadre », a souligné le chargé des revendications du SAES, Moustapha Sall. Le protocole d’accords signés le 21 mars 2011 entre le gouvernement et le SAES, rappelons-le, fera partie des points de discussions, notamment l’incidence financière de l’application dudit protocole, la réforme des titres et l’indemnité de logements lors de la séance plénière.

Ibrahima Baldé 

Jean Louis Verdier – Rédacteur en Chef Digital – Paris- Dubaï – China
dakarecho@gmail.com – Tél (+00) 33 6 17 86 36 34

Articles similaires

Laisser un commentaire