Dakar-Echo

Le projet «1 million de citernes pour le Sahel » lancé au Sénégal ce mardi

Le projet «1 million de citernes pour le Sahel » lancé au Sénégal ce mardi

Le ministère de l’Agriculture et de l’Equipement rural (MAER) et l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) vont procéder, mardi à Diamniadio (30Km de Dakar), au lancement officiel du projet « Renforcer la résilience des femmes vulnérables au Sénégal et au Sahel à travers l’adaptation au changement climatique, l’agro-écologie et la diversification des moyens d’existence ».

Dans une note à la presse, la FAO renseigne que le lancement de ce projet du gouvernement sénégalais marquera la mise à l’échelle de la phase pilote de l’initiative « 1 million de citernes pour le Sahel » mise en œuvre dans 3 zones agro-écologiques du Sénégal : les régions de Louga, Kaolack et Tambacounda qui font face à différents défis en matière d’accès à l’eau pour la consommation et développer le maraichage, respectivement la faible pluviométrie, la salinité et le difficile accès aux eaux souterraines.

« L’objectif du Gouvernement à travers ce projet est de permettre à des milliers de personnes de s’adapter aux changements climatiques, d’améliorer leur sécurité alimentaire et nutritionnelle et de renforcer leur résilience », explique notre source.

Près de 100 participants composés de Directeurs nationaux, de Représentants des Agences des Nations Unies, d’Organisations Non Gouvernementales (ONG) partenaires du projet, d’experts, prendront part à la cérémonie officielle qui sera présidée par ministre de l’Agriculture et de l’Equipement rural, Dr Pape Abdoulaye Seck, en présence de l’Ambassadeur d’Italie au Sénégal et de la Coordinatrice du Bureau sous-régional de la FAO pour la Résilience-Afrique de l’Ouest/Sahel.

A travers l’initiative « 1 million de citernes pour le Sahel » deux sortes de citernes ont été construites lors de la phase pilote du projet : des citernes de 15 à 20 m3 (dans les régions de Louga et de Tambacounda) capables de fournir de l’eau potable à une famille de 5 à 7 personnes pendant la saison sèche (7 mois), ainsi qu’un supplément d’irrigation pour le jardinage familial de légumes d’environ 10 m2. Les citernes de 50 m3 ont, elles, été construites sur des terres appartenant à des groupements de femmes afin de leur fournir un supplément d’irrigation à la fin de la saison des pluies pour du maraîchage.

Le projet « Renforcer la résilience des femmes vulnérables au Sénégal et au Sahel à travers l’adaptation au changement climatique, l’agroécologie et la diversification des moyens d’existence » sera exécuté par la FAO avec l’Agence Nationale de Conseil Agricole et Rural (ANCAR) du MAER et d’autres partenaires nationaux.

L’intervention des agences sœurs du Système des Nations Unies, le Programme Alimentaire Mondial (PAM) et l’Organisation des Nations Unies pour l’égalité des sexes et l’autonomisation des femmes (ONU Femmes) va faciliter la combinaison d’approches et la création d’un paquet de services autour des citernes permettant de renforcer les capacités de résilience de ces populations vulnérables.

Jean Louis Verdier – Rédacteur en Chef Digital – Paris- Dubaï – China
dakarecho@gmail.com – Tél (+00) 33 6 17 86 36 34

Articles similaires

Laisser un commentaire