Dakar-Echo

Le président Abdoul Aziz Ndao, dix ans après – Par Majib Sène

Le président Abdoul Aziz Ndao, dix ans après – Par Majib Sène

Né en 1922 à Mékhé, ville située en plein cœur du Cayor, Abdoul Aziz Ndao est le fils du richissime commerçant Mourad Ndao et néanmoins homme de Dieu distingué. Il eut le privilège de recevoir, en même temps, dans son domaine, El Hadj Malick Sy, Cheikh Sadibou et Serigne Touba Cheikh Ahmadou Bamba.

Descendant de cet homme charismatique, Abdoul Aziz Ndao fut devenu un homme politique respecté dans le landerneau du parti socialiste. Député, questeur, vice-président, puis président pendant cinq ans, il mena sa vie dans la sobriété.

Sa grandeur d’âme, sa courtoisie, sa générosité et son ouverture d’esprit sont connues de toutes celles et de tous ceux qui l’ont connu ou approché. Sa générosité avait atteint un degré tel qu’il ne recevait personne s’il n’avait pas dans sa poche de quoi lui donner.

Son magistère à l’Assemblée Nationale fut des plus heureux pour n’avoir connu aucun séisme, aucune dérive, aucun scandale.

Homonyme de Serigne Abdou Aziz Sy Dabakh, il avait hérité de lui la sagesse, l’intelligence, le savoir faire et le savoir être, toutes choses dont ne peuvent se départir les hommes d’honneur.

Son caractère religieux et sa constance dans les actes qui honorent l’homme, le Président Abdoul Aziz Ndao fait partie des sénégalais qui ont honoré leur pays et qui, de tout le temps, ont réactualisé leurs rapports avec leurs sociétés et leurs semblables.

Malgré ses nombreux titres et grades, il a toujours vécu dans les quartiers populaires des HLM5 et de la Cité Port. Le visage gai en permanence, le commerce facile et le sourire au coin des lèvres, telle était l’image de cet homme équilibré qui n’a jamais fait de mal à personne.

Les habitants de Mékhé sont fiers d’avoir un fils de la trempe de cet homme qui n’a jamais vécu loin d’eux. En un moment donné, il eut l’honneur d’être le premier magistrat de cette ville cosmopolite, gorgée d’histoire. N’oublions pas qu’il fut membre des éminentes personnalités qui avaient dirigé et porté dans les fonts baptismaux, la ligue de Football de l’Afrique Occidentale Française (AOF).

Dix ans après sa mort, nous nous faisons le devoir de nous souvenir de lui et de prier pour le repos éternel de son âme dans les pittoresques Jardins d’Allah (SWT), par la Grâce de Taha, l’Intercesseur Paix et Salut sur Lui. amine.

Majib Sène

Articles similaires

Laisser un commentaire