Dakar-Echo

Le Pentagone obtient un budget de 10 milliards de dollars pour créer une armée de drones intelligents

Le Pentagone obtient un budget de 10 milliards de dollars pour créer une armée de drones intelligents

Le Pentagone veut développer son arsenal de drone pour la marine, l’aviation et l’armée de l’air. Il a obtenu un budget de 9,3 milliards de dollars pour 2019 qui servira aussi à créer une intelligence militaire de défense.
« Une armée humaine peut affronter quelques drones, mais peut-elle faire face à une centaine. Et si elle y parvient, ce dont je doute, peuvent-ils faire face à un millier de drones? ». Le gouvernement américain a entendu fort et clair cette question de Mike Griffin, un expert du département américain de la Défense. Sa réponse? Le budget destiné aux drones a été augmenté pour atteindre 9,39 milliards de dollars dès 2019.

Un rapport publié le 9 avril par le Centre d’étude du drone du Bard College détaille ce projet militaire inédit. L’armada américaine sera constituée 3447 nouveaux drones au lieu des 807 qui avaient été prévus.

 L’armée de drones sera dotée d’une intelligence artificielle. Ces robots seront chargée de défendre des lignes et d’attaquer l’ennemi sur terre, sur mer et dans les airs. D’ailleurs, le budget des forces navales est le plus important. Elles obtiendront 3,76 milliards de dollars contre 2,63 pour l’armée de l’air et 1,7 milliard pour les forces terrestres. Il y a aussi 1,28 milliard pour créer des appareils défensifs.

Pour développer une intelligence artificielle militaire, le Pentagone a aussi obtenu un augmentation de son budget, selon des documents officiels dévoilés par le site The Verge. Pour le projet Maven, auquel participe Google, l’enveloppe sera de 93 millions de dollars en 2019, contre 23 millions de dollars en 2017, comme l’a précisé au site une porte-parole du Pentagone.

Le projet Maven avec Google comme partenaire
Le projet Maven a été révélé au public il y a quelque semaines. Il s’agit d’un algorithme capable de détecter des menaces potentielles. Mais, selon Google, il n’est pas conçu pour faire de la reconnaissance faciale. Malgré cette information, le partenariat avec les militaires a provoqué la colère de nombreux salariés du groupe qui ont lancé une pétition signée par 3000 d’entre eux. Selon eux, cette collaboration pourrait « irrémédiablement salir l’image de marque de Google et son attractivité auprès des talents ».

Malgré ces protestations, les inquiétudes de plusieurs personnalités parmi lesquels Elon Musk et le physicien Stephen Hawking, et les alertes d’organisations internationales sur l’usage militaire de l’intelligence artificielle, les grandes puissances (Chine, Russie, États-Unis) se lancent dans des projets d’IA pour équiper des robots ou les appareils classiques.

La France n’est pas en reste. En mars dernier, Françoise Parly, ministre des Armées, a dévoilé son intention d’équiper « toutes les casernes, tous les navires et tous les aéronefs » d’intelligences artificielles. Elle a lancé le projet Man Machine Teaming (MMT) avec un budget de 30 millions d’euros avec pour partenaires Dassault Aviation et Thales.

Jean Louis Verdier- Bloggeur- Rédacteur en chef Digital -Paris
E-mail: dakarecho@gmail.com Tél (+00) 33 7 51 10 29 13

Articles similaires

Laisser un commentaire