Dakar-Echo

Le MSU et le scandale du pétrole au Sénégal

Nous croyions révolue la question de l’exploitation du pétrole dans le pays. Lors ce que le pétrole était apparu pour la première fois au Sénégal, le Président Senghor avait dit :  » je n’exploiterais pas le pétrole, car partout ou il a été exploité en Afrique, les crimes, la corruption se multiplient et le sang coule « .

Certes, les temps ont changé. Mais on reste interloquer par les révélations de l’ancien Président du Sénégal Maître Abdoulaye Wade sur la constitution de la nouvelle société Pétro-Tim.

Selon ses révélations, Aliou Sall frère de l’actuel Président du Sénégal Macky Sall se serait fait octroyer 30% des fruits de la future exploitation du pétrole et que le Sénégal n’en obtiendrait que 10%. Si cela est vrai, on peut se demander si les premiers ennemis du pouvoir de Macky Sall ne se trouvent pas d’abord dans sa propre famille et parmi ses plus proches amis.

Pour nous M.S.U.France, la vraie richesse d’une Nation, c’est le travail et la recherche scientifique et technique. A cette occasion, nous félicitons un petit groupe de recherche Américains dénommé ADVANCED CELL qui vient de trouver un médicament contre la cécité et commence à guérir des aveugles.

C’est le moment pour nous de rappeler et de regretter l’absence du professeur Atou Lô premier breveté mondiale de médecine en 1986 portant sur les réactifs de laboratoire. Sans doute s’il était dans son pays, le Sénégal aurait un deuxième type d’institut pasteur.

Les prix de certains médicaments allaient baisser. On aurait plus à les importer. En les fabriquant sur place, on aurait diminué le chômage de façon notable. De plus, cela nous rassurerait pour espérer trouver des médicaments sur la maladie Ebola, le sida etc.

On se demande pourquoi notre pouvoir politique, pour protéger les sociétés multinationales, a toujours tenté d’étouffer, voire de renvoyer nos grands savants de leur pays. Avec l’exploitation du pétrole en Afrique, nous constatons : 

A) Le Nigéria est le plus grand producteur de pétrole en Afrique aujourd’hui. Le Nigéria que l’on connaissait dans les années 1960, 1980 était un pays nettement marqué par une volonté politique de développement. L’industrie commençait à émerger. Le pays était devenu la capitale ou se fabriquaient des machines à coudre pour la première fois en Afrique noire.

Bien des pays d’Afrique de l’Ouest commençaient à y importer des produits manufacturés : des médicaments, des biens d’équipements, etc….. Les panafricanistes étaient fiers et applaudissaient ce pays marchand sur les traces de géants de l’industrie. L’agriculture y était tout aussi dynamique. Ce ne sera plus de même avec la découverte du pétrole.

Les importations de denrées alimentaires s’y multiplient. Le pétrole a enrichi les particuliers. On y remarque une multiplication des banques privées.

Mais les taux d’intérêt pratiqués par les banques privées sont de l’ordre de 20%. Ce qui est supérieur aux taux d’intérêts à long terme pratiqués en Europe Occidentale et en Amérique. Sans doute, ses Banques ne favoriseront pas le développement du pays.

La majorité de la population du Nigéria reste plus pauvre d’année en année. Le Nigéria figure encore parmi les pays pauvres du monde. Le Nigéria est le pays le plus peuplé d’Afrique noire. Un Africain sur quatre est Nigérian.

L’armée Nigériane n’a pas pu venir à bout de la guerre civile qui éclate avec BOKO HARAM. Pourtant une victoire de cette armée aurait était salué par tous les Africains. Une victoire contre BOKO HARAM aurait montré la capacité du pays à sécuriser la population et l’aurait amené à augmenter son adhésion et son soutien au pouvoir politique en place.

B) Le Gabon deuxième producteur probable de pétrole en Afrique.

1) Ce pays nous avait habitué à croire que le pétrole est synonyme de richesse nationale.

2) Là comme au Nigéria, des particuliers se sont enrichis, de nouvelles Banques privées sont apparues pratiquant des taux d’intérêt élevés.

3) Un reportage par des journalistes Gabonais sur la radio Africa N°1 interrogeant des Gabonais, fouillant les poubelles pour trouver de quoi se nourrir, a causé une déception telle qu’on a cessé toute admiration sur ce grand pays pétrolier d’Afrique.

Depuis qu’on entend parler du pétrole au Mali, y’a des menaces de partition du pays et de guerre Nous constatons que le pétrole en Afrique modifie la répartition des revenus en faveur des tenants du pouvoir et des hauts fonctionnaires et augmente la pauvreté et la corruption pour le reste de la population.

Pour le M.S.U.France, s’il faut exploiter le pétrole au Sénégal comme toute autres matières premières tel que l’or de Sabodala, 50% minimum doit revenir au Sénégal pour le profit des Sénégalais. 

 

Articles similaires

Laisser un commentaire