Dakar-Echo

Le HCR s’alarme du nombre de déplacés au Sahel

Le HCR s’alarme du nombre de déplacés au Sahel

Le Sahel compte près de 5 millions de personnes ayant fui leurs foyers et la vague grossit en raison des attaques jihadistes mais aussi des conflits communautaires, une situation aggravée par le sous-développement et le réchauffement climatique, s’alarme le chef du HCR.

Le pays le plus touché pour l’heure par cette crise humanitaire est le Burkina Faso, a affirmé Filippo Grandi, le Haut Commissaire des Nations Unies pour les Réfugiés, en visite jeudi et vendredi au Tchad, où il s’est rendu dans plusieurs camps de réfugiés dans ce pays qui en accueille plus d’un million.

Fin juin 2022, « la région du Sahel (Burkina Faso, Mali, Mauritanie, Niger et Tchad) est confrontée à une grave crise humanitaire prolongée, qui a contraint 4.820.871 personnes à fuir leur foyer », dont près de trois millions de déplacés internes dans leurs pays, déplore le HCR dans un communiqué présentant la visite de M. Grandi.

« Le pays le plus touché, c’est le Burkina Faso, qui compte près de deux millions de déplacés internes », a déploré le diplomate italien jeudi soir dans un entretien avec l’AFP dans le camp de Kalambari, qui abrite quelque 8.000 réfugiés camerounais à une trentaine de km au sud de N’Djamena.

« Il y a deux ans, on en enregistrait 500.000 au Mali et au Burkina Faso, ce qui me paraissait déjà énorme », avait-il assuré quelques heures plus tôt dans la capitale tchadienne.

« Réaction trop musclée »
« C’est préoccupant, les pays qui inquiètent le plus sont le Burkina Faso et le Mali. C’est dû à l’action des groupes armés qui terrorisent les populations, vident les villages et poussent les gens vers les grandes villes », a estimé le diplomate italien. « Mais c’est aussi dû à la réaction trop musclée des gouvernements », a-t-il ajouté lors d’une conférence de presse à N’Djamena.

« La principale action des gouvernements » face aux jihadistes, « elle est sécuritaire alors qu’il faut accompagner cela », notamment par le développement de « l’éducation », « la lutte contre la pauvreté et les inégalités au Sahel », a affirmé M. Grandi dans son entretien avec l’AFP, martelant: « Tout cela va affaiblir l’extrémisme, l’action militaire seule ne suffit pas ».

« A cela est venu s’ajouter l’urgence climatique, qui prive les communautés de ressources et favorise les conflits (…), nous avons besoin de plus d’aide humanitaire pour tous les pays du Sahel », a conclu le chef du HCR, qui visitait d’autres camps vendredi.

M. Grandi a remercié vivement le Tchad, qui abrite « 1.067.908 personnes en déplacement forcé », selon le HCR. Essentiellement des réfugiés ayant fui le conflit du Darfour au Soudan, la guerre civile en Centrafrique et les affrontements entre communautés au Cameroun, tous pays voisins, mais aussi des déplacés internes en raison des attaques des groupes jihadistes Boko Haram et l’Etat islamique en Afrique de l’Ouest (Iswap) dans la région du lac Tchad.

Crise de l’eau
« La crise climatique a aggravé la compétition pour les ressources, en particulier l’accès limité à l’eau », exacerbant des conflits entre communautés, analyse le HCR dans son communiqué.

C’est précisément cela qui a poussé au Tchad voisin quelque 40.000 réfugiés camerounais fuyant depuis fin 2021 un conflit particulièrement féroce dans l’extrême-nord de leur pays entre éleveurs arabes et pêcheurs et cultivateurs de l’ethnie Mousgoum.

Mais dans le camp de Kalambari et ses innombrables maisonnettes en briques alignées, M. Grandi a été fraîchement accueilli jeudi par une centaine de réfugiés qui manifestaient pour protester contre leurs conditions de vie. « Nos problèmes ne sont pas écoutés », « Nous sommes fatigués de toutes les tromperies », pouvait-on lire inscrit au feutre rouge sur des pancartes en carton brandies par les hommes.

Non loin d’une pompe à eau d’où jaillissait une eau claire dont des femmes remplissaient leurs bassines, M. Grandi a recueilli les doléances des leaders des réfugiés.

« Les toitures des maisons ne tiennent pas, les couchages font cruellement défaut, on nous fournit 5,75 kg de sorgho par mois, 1,75 l d’huile et 1,5 kg de légumineuses, on finit cette nourriture en une semaine », se plaint à l’AFP Gabriel Mati, secrétaire général du Comité des réfugiés de Kalambari.

Articles similaires

Laisser un commentaire