Dakar-Echo

Le français va rester la seule langue «mondiale» avec l’anglais

Le français va rester la seule langue «mondiale» avec l’anglais

Selon les projections de l’Organisation internationale de la francophonie, la langue de Molière conservera son statut dans un demi-siècle grâce à l’essor démographique de l’Afrique.

Molière serait heureux. Le français sera parlé par 477 à 747 millions de personnes dans un demi-siècle, selon les projections du rapport annuel de l’Organisation internationale de la Francophonie (OFI) qui sera publié lundi prochain.

Une progression spectaculaire par rapport aux 300 millions de locuteurs recensés aujourd’hui, grâce à l’essor démographique d’un continent africain concentrant les deux tiers des francophones.

Galaxie complexe
Le français resterait donc la deuxième langue mondiale -parlé sur quatre continents (Amérique, Europe, Afrique, Océanie)- derrière l’anglais, si on tient compte du fait que le chinois n’est quasiment parlé que dans un seul pays, que l’espagnol se pratique sur deux continents et que l’arabe fédère en fait plusieurs langues différentes.

Le français est aujourd’hui seule langue officielle dans 14 pays et co-officielle dans 17 autres. Son statut de langue dominante dans l’enseignement, l’administration, les médias, ou le commerce dans une cinquantaine de pays confère un avantage considérable aux entreprises de l’espace francophone, puisqu’elles disposent d’un avantage sur leurs concurrentes confrontées à l’obstacle de la langue.

Ce rayonnement de la langue française mérite toutefois d’être discuté, car la « galaxie francophonie s’avère complexe » souligne Alexandre Wolff, de l’OIF. Seulement 235 millions de personnes « vivent en français » , c’est-à-dire l’utilisent quotidiennement, ou ont été scolarisés dans cette langue, soit en France (seul pays où il est la seule langue quotidienne de la très grande majorité), soit dans une région purement francophone mais au sein d’une nation où domine une autre langue (Suisse Romande, Québec, Wallonie), soit au sein de pays où le français est la langue maternelle d’une partie de la population – variant de 16 à 66 % – en parallèle d’autres langues autochtones : Bénin, Burkina Faso, Congo, Côte d’Ivoire, Guinée, Mali, Niger, république démocratique du Congo, Sénégal, Togo, Algérie, Maroc, Mauritanie, Tunisie, Liban.

S’y ajoutent 65 millions de personnes amenées à parler français parce qu’il est une des langues officielles de leur pays, ou langue maternelle d’une partie de leurs compatriotes (Canada, Madagascar, Belgique, Luxembourg, Suisse et une douzaine de pays africains). « C’est cette articulation entre le français et d’autres langues, qu’il complète sans les exclure, qui explique sa dynamique à l’échelle mondiale », estime Alexandre Wolff.

Le rôle clé de l’enseignement

S’ils partirent 300 millions, les francophones devraient se retrouver par un prompt essor de 500 à 800 millions en 2070 grâce au triplement de la population africaine.

Encore faudrait-il que l’enseignement du français ne périclite pas. « Nous n’avons aucune raison particulière d’être pessimiste », estime Alexandre Wolff, car le statut de langue mondialisée est un argument de poids pour les parents. Toutefois, le français a été détrôné par l’anglais en 2010 au Rwanda en tant que langue prioritaire d’enseignement.

C’est en tenant compte de ce genre de déconvenue que l’OIF établit une fourchette basse de 477 millions de francophones en 2070. Sauf improbable expansionnisme colonial de la Russie, la Chine, l’Inde, le Brésil, ou le Pakistan, le français garderait donc, derrière l’intouchable anglais, son statut de seule langue « mondiale ». Si tant est toutefois qu’il ne se divise pas, par créolisation.

Yves Bourdillon

Articles similaires

Laisser un commentaire