Dakar-Echo

Le film sur l’homme avalé par un anaconda était une arnaque

anaconda_0_0L’expérience de cet homme, qui affirmait avoir été avalé pendant 1 heure par un anaconda, n’a pu être menée à terme. Colère chez les téléspectateurs.

Paul Rosolie affirmait s’être fait avaler vivant par un anaconda pour un documentaire choc. Mais contrairement aux promesses de ce défenseur américain de l’environnement, l’expérience n’a pu être menée à terme, comme l’ont découvert dimanche soir des centaines de milliers de spectateurs américains déçus.

Le documentaire «Eaten alive» -Dévoré vivant-, diffusé aux Etats-Unis par Discovery Channel, a suscité une vague de sarcasmes sur les réseaux sociaux, tant la réalité de l’expérience différait de celle contée quelques jours plus tôt aux médias par Paul Rosolie.

Une femelle de 6 mètres

L’idée, expliquait Paul Rosalie avant la diffusion du documentaire, lui était «venue après avoir passé dix ans dans la forêt amazonienne et son habitat».

Des experts lui ont fabriqué une combinaison spéciale en fibre de carbone, équipée de caméras, d’un système pour respirer et d’un autre pour communiquer avec l’extérieur. «Nous ne savions pas si cela allait marcher, si j’allais être avalé par l’anaconda. Mais nous voulions être sûrs que je n’étoufferais pas», racontait encore Rosolie.

[youtube]http://youtu.be/u6UgXSWTRBU[/youtube]

L’anaconda, considéré comme le plus gros serpent au monde, étouffe généralement sa proie avant de l’ingérer. L’équipe avait choisi une femelle de 6 mètres.

«Il n’a pas immédiatement essayé de me manger. Il a essayé de s’échapper», a raconté Paul Rosolie. «Mais quand je l’ai provoqué, et ai commencé à agir plus comme un prédateur, alors il s’est tourné et s’est défendu.» Mais la suite ne s’est pas vraiment déroulée comme il l’avait raconté.

«Je pouvais entendre ses gargouillis»

Enserré dans les anneaux de l’animal, Rosolie a craint d’avoir le bras brisé. «J’ai senti sa mâchoire sur mon casque et je pouvais entendre ses gargouillis et son sifflement», a-t-il déclaré peu après avoir été libéré du serpent.

«Toute sa force était concentrée sur mon bras, j’ai commencé à sentir que ma main n’était plus irriguée, que l’os commençait à se tordre et qu’il allait casser», a-t-il expliqué pour justifier son appel à l’aide.

Dimanche soir, après la diffusion du documentaire de deux heures, le jugement des spectateurs était sans appel. «’Dévoré vivant’, la blague», commentait un internaute. «Dévoré vivant? En fait, ‘un serpent m’a brièvement bavé dessus’», twittait un autre.

Il faut dire que Rosolie avait affirmé avant la diffusion avoir passé une heure à l’intérieur du corps de l’anaconda, ajoutant même y avoir perdu «la notion du temps».

Jean Louis Verdier- Bloggeur- Rédacteur en chef Digital -Paris
E-mail: dakarecho@gmail.com Tél (+00) 33 7 51 10 29 13

Articles similaires

Laisser un commentaire