Dakar-Echo

Le fanal fait partie de l’ADN culturelle de Saint-Louis, selon Mansour Faye

Le fanal fait partie de l’ADN culturelle de Saint-Louis, selon Mansour Faye

fanalLe fanal est  »une identité culturelle de la ville et fait partie du patrimoine », au même titre que d’autres événements comme les régates et le festival de jazz, a déclaré, mercredi, le maire de Saint-Louis, Mansour Faye.

Il s’exprimait au cours de la seizième édition du fanal initié par Jaloré Production, une structure de spectacle dirigée par Marie Madeleine Diallo qui avait choisi comme parrains Cheikh Kanté et Keysi Bousso respectivement directeur général du Port autonome de Dakar et directeur du Grand Théâtre.

‘’Le fanal doit être ainsi perçu comme tel et doit bénéficier de l’appui de tout le monde’’, a ajouté M. Faye selon qui cet événement est inscrit dans l’agenda culturel de la ville de Saint-Louis.

Pour valoriser le fanal qui s’est tenu mardi, le maire a plaidé pour que les villes jumelées à Saint-Louis soient associées à son organisation.

L’initiatrice Marie Madeleine Diallo, qui a remercié les parrains et le maire, a affirmé que ‘’malgré les difficultés liées à l’organisation, le rendez-vous annuel qu’est le fanal a été respecté pour fêter comme d’habitude depuis seize ans la fin d’année à Saint-Louis’’.

Parlant des difficultés rencontrées sur le chemin de ce fanal, un spectacle son et lumières agrémenté par la tournée des Signares, la promotrice a signalé que, par exemple, à deux jours de l’événement, la sono sur laquelle elle comptait a fait défaut.

[youtube]http://youtu.be/iHxTs-iVii4[/youtube]

Elle a plaidé pour une reconsidération de cet événement qui appartient à toute la ville et fait partie du patrimoine de Saint-Louis. Elle a affirmé que l’évènement ne lui appartient pas.

‘’Ainsi considéré, l’événement serait mieux vu par les institutions’’, a dit l’actrice de Bara Yego qui attend toujours la subvention de la mairie dont la première adjointe présente à la conférence de presse a assuré qu’elle  »sera disponible incessamment ».

Le fanal est une tradition locale se traduisant par une grande procession de Signares portant des œuvres d’art avec lesquelles elles traversent les rues, chantant les mérites d’un parrain choisi parmi les personnalités.

Histoire du Fanal

À Saint-Louis au Sénégal, les fêtes de fin d’année sont célébrées par le Fanal, spectacle populaire dont les origines remonteraient au XVIIIe siècle.

Selon les historiens, dans le passé, à la veille de Noël, les Signares (riches femmes métisses), se rendaient à la messe de minuit parées de leurs plus beaux bijoux et accompagnées par leurs servantes et chamberlands.

takussan_ndar

Ces derniers portaient des lanternes illuminées de l’intérieur par des chandelles aux côtés des signares dans une lente procession dans les rues de l’île. Au fil des années, les Saint-Louisiens ont fait de cette coutume une véritable fête traditionnelle.

De lanternes de bois et papiers on en est arrivé à de gigantesques créations reflétant le plus souvent les grandes bâtisses, édifices ou monuments de la ville (la grande mosquée, l’église, le palais du gouverneur ou le pont Faidherbe..), histoire de mettre en valeur le patrimoine architectural de la vieille cité coloniale.

Un spectacle où les différents quartiers se surpassent en imagination et créativité. Cet événement est parrainé soit par une autorité administrative (le maire, le gouverneur) soit par d’honorables citoyens de la ville.

Jean Louis Verdier- Bloggeur- Rédacteur en chef Digital -Paris
E-mail: dakarecho@gmail.com Tél (+00) 33 7 51 10 29 13

Articles similaires

Laisser un commentaire