Dakar-Echo

Le député Socialiste Cheikh Seck disqualifie le maire de Dakar, Khalifa Sall

Le député Socialiste Cheikh Seck disqualifie le maire de Dakar, Khalifa Sall

khalifasall
Le député du Parti socialiste, Cheikh Seck donne son «avis» sur les perspectives de l’élection présidentielle de 2017, débat qui secoue la majorité présidentielle.

Pour le Président de la Commission développement et aménagement du territoire de l’Assemblée nationale, «deux éventualités s’offrent au PS».

La première, indique-t-il : «Si le PS devrait aller à l’élection présidentielle de 2017, il est incontestable que le candidat  du Parti qui serait choisi au terme du processus d’appel à candidature, et validé par des primaires, serait Ousmane Tanor Dieng».

Toutefois, dit-il, «la piste Mamadou Lamine Loum, ancien  Premier ministre, mérite une attention particulière car après Tanor, il pourrait faire l’unanimité  en tant que potentiel candidat du PS».

Tressant des lauriers à Loum, Cheikh Sarr note que «c’est un homme d’Etat d’une envergure exceptionnelle et l’un des pilotes importants des Assises nationales».

Deuxième éventualité, selon lui : «si BBY devrait avoir un seul candidat, la personne la mieux indiquée et bénéficiant de plus de chance serait  bel et bien le Président Macky SALL)».

En clair, dit ce membre du Bureau politique et du Secrétariat  exécutif national, «le Parti Socialiste, concernant l’élection présidentielle de 2017, doit s’inscrire dans une position de roi ou de faiseur de roi, mais il est hors de question pour le PS de s’adonner à une aventure périlleuse pour son avenir politique».

Et cette dernière phrase clarifie les deux éventualités qu’il décline.…Sall
 Cheikh Seck disqualifie en fait Khalifa Sall comme potentiel candidat du PS à la Présidentielle.

Les hostilités sont donc loin d’être terminées. En tout cas, poursuit le Secrétaire général de l’Union régionale de Diourbel, «dès lors, se positionner comme futur  candidat du PS, n’a rien à avoir  avec la manipulation de l’opinion, le Parti Socialiste est un parti responsable et souverain, dont l’organisation et le fonctionnement exigent à tout militant et responsable, le respect de ses instances de base et de direction».

Pour le Maire de Ndindy, «le moment venu les instances souveraines du PS se réuniront pour statuer sur la question de sa candidature et seul son intérêt supérieur primera sur toute autre considération».

En disqualifiant Khalifa Sall dans la course à la candidature du Parti socialiste (PS), le député Cheikh Seck remue le couteau dans la plaie. En effet, il touche une question sensible qui, il y a de cela quelque temps, avait mis les socialistes à rude épreuve.

D’ailleurs, le débat sur celui qui devrait porter les couleurs du parti de feu Léo poète à la Présidentielle de 2017 a été maintes fois renvoyé pour éviter une crise interne.

Mais, avec cette prise de position du maire de Ndindy, qui fait suite à la sortie du mouvement «And dolel Khalifa» qui a investi le maire de Dakar, les socialistes seront dans l’obligation de vider cette question une bonne fois pour toute.

Une guéguerre en vue ? Le syndrome de l’Afp guette-t-il le PS ? Les prochains jours nous édifieront. 

Jean Louis Verdier – Rédacteur en Chef Digital – Paris- Dubaï – China
dakarecho@gmail.com – Tél (+00) 33 6 17 86 36 34

Articles similaires

Laisser un commentaire