Dakar-Echo

Le bilan de l’attaque dans la forêt de Boffa en Casamance passe à 14 morts

Le bilan de l’attaque dans la forêt de Boffa en Casamance passe à 14 morts

Le corps de Daouda Manga, dont la disparition avait été signalée par sa famille, a été retrouvée dans un état de décomposition très avancée, dans la forêt de Boffa par l’Armée, a confié à Dakarecho son frère Adama Manga.

‘’Nous venons de retrouver le corps de notre grand-frère. C’est l’Armée qui nous a appelés. Il est en état de décomposition très avancée. Nous ne pouvons même pas l’emmener chez nous. Nous sommes obligés de l’enterrer sur place’’, a expliqué M. Manga, dont la famille vit dans le quartier de Grand-Yoff, à Ziguinchor.

Daouda Manga, âgé d’une cinquantaine d’années, était porté disparu suite à l’attaque survenue samedi dans la forêt classée de Boffa Bayotte, avait appris l’APS de sa famille et des autorités locales à Ziguinchor, lundi dernier.

Vigile de son état et père de quatre enfants dont deux jumelles, il a quitté son domicile samedi matin, le jour des évènements tragiques de Boffa, pour aller ramasser du bois mort dans la forêt, mais n’est jamais revenu, selon sa famille.

La confirmation de son décès par sa famille porte à 14 le bilan de l’attaque meurtrière de Boffa, perpétrée par des hommes armés non identifiés qui ont tué 13 bûcherons et ont blessé 6 six autres.

L’attaque est survenue au lendemain de la libération de deux combattants du Mouvement démocratique de la Casamance (MFDC) par l’armée sénégalaise.

Cette dernière ont depuis lancé une opération de ratissage pour retrouver les auteurs de ce crime.

Conférence de presse du CEMGA ce jeudi après midi
Le chef d’Etat-major général des Armées (CEMGA), le général de Corps d’armée Cheikh Guèye, donne un point de presse en début d’après-midi à Ziguinchor, a appris Dakarecho du commandement militaire de la zone militaire n°5.

Le CEMGA, qui séjourne à Ziguinchor depuis mercredi, fera le point sur la traque lancée par l’Armée sénégalaise contre les auteurs de l’attaque de Boffa, où 13 bûcherons ont été tués et 6 autres blessés, samedi.

Lundi, la zone militaire numéro 5 de Ziguinchor (sud) a assuré être engagée jusqu’à la limite de ses moyens dans la traque des ’’malfaiteurs’’ à l’origine de la tuerie.

« L’armée poursuit ses activités de recherches pour traquer les malfaiteurs. La situation est sous contrôle en zone militaire numéro 5. Nous sommes engagés à aller dans cette traque des malfaiteurs jusqu’à la limite de nos moyens », a déclaré le commandant de la zone militaire de Ziguinchor, le colonel Khar Diouf.

« Nous avons une mission de traquer ou même de détruire les malfaiteurs », a-t-il dit dans un entretien avec des journalistes à Ziguinchor, avant d’ajouter : « Je rassure les populations, si elles entendent des déflagrations, elles peuvent garder leur calme parce que le travail est fait de façon professionnelle sans aucune marge de risque ».

Jean Louis Verdier- Bloggeur- Rédacteur en chef Digital -Paris
E-mail: dakarecho@gmail.com Tél (+00) 33 7 51 10 29 13

Articles similaires

Laisser un commentaire