Dakar-Echo

La visite médicale de Donal Trump: quelle affaire !

La visite médicale de Donal Trump: quelle affaire !

Vendredi, le président américain passera sa première visite médicale officielle. Mais au grand dam de ses adversaires, pas de check-up psychiatrique au programme.

Donald Trump, « l’individu le plus sain jamais élu à la présidence » ? Ce sont avec ces mots que le médecin personnel du président avait décrit la santé du milliardaire républicain lorsqu’il battait campagne en 2016. Vendredi, le président passera sa première visite médicale officielle à l’hôpital de Walter Reed, près de Washington. Un évènement très attendu au États-Unis, alors que de nombreux doutes – alimentant des spéculations sans fin – persistent sur sa santé physique et mentale. Ce check-up complet lèvera-t-il les ambiguïtés ?

L’âge du capitaine

À 71 ans, Donald Trump est le président élu le plus vieux de l’histoire des États-Unis (devant Ronald Reagan, un an plus jeune à sa réélection en 1980). De quoi susciter de nombreuses questions quant à sa forme physique. Alors que certains de ses collaborateurs affirment qu’il passerait des journées de travail plus courtes qu’en début de mandat, le doyen des présidents prend visiblement plus soin de lui. En effet, il commencerait officiellement ses journées… à 11 heures.

C’est bien plus tard que ses prédécesseurs. La faute à l’âge ? Pour lever les doutes, un examen physique complet attend le pensionnaire de la Maison Blanche, qui sera examiné de la tête aux pieds. Son poids, son taux de cholestérol ou encore sa pression artérielle seront révélés. L’examen, qui sera réalisé par Rony L. Jackson, le médecin officiel de la Maison Blanche, rentre dans les clous de la visite médicale annuelle du président. Cependant, le bilan psychiatrique tant discuté aux États-Unis n’est pas au programme de cette visite, comme l’a affirmé lundi Hogan Gidley, porte-parole de la Maison Blanche.

A fond la forme ou à fond les formes ?

Les résultats de cette visite médicale seront-ils aussi surprenants que ceux du Dr Bornstein, le médecin de longue date de la famille Trump ? Dans une lettre de cinq paragraphes rendue publique pendant la campagne présidentielle, ce dernier avait déclaré que « sa force physique et son endurance sont extraordinaires ». Il faut se rappeler que durant la campagne, Trump faisait de sa bonne santé un atout face à Hillary Clinton, qui avait inquiété après un malaise dû à une pneumonie. Un tour de force avait ensuite avoué le médecin, qui avait rédigé cette lettre en cinq minutes, alors qu’il était dans une limousine l’emmenant vers un plateau de télévision où le candidat l’attendait !

Reste que malgré ces affirmations, son hygiène de vie ne plaide pas pour une santé au top, lui qui est habitué à manger des cheeseburgers devant la télé tous les jours dans son bureau et qui pratique le golf certes assidûment… Mais en voiturette. Ce mode de vie l’aurait-il poussé à mentir ? C’est une théorie avancée par le média américain Slate autour de l’Indice de Masse Corporelle (IMC) de Trump. Il se serait grandi un peu pour ne pas être considéré comme « obèse ».

Si dans son bulletin médical de septembre 2016, ce dernier mesure 1,92 m pour 107 kilos, un permis de conduire délivré à New York en 2012 lui attribue une taille de1,88m. Quatre petits centimètres mais une grande différence pour l’image du président. Avec une taille de 1,92 m, son IMC le classe dans la catégorie « surpoids ». A 1,88 m il bascule dans la catégorie « obésité ».

Sain de corps… Mais d’esprit ?

Des doutes persistent déjà depuis un moment sur la capacité de Trump à gouverner, mais la parution du livre de Michael Wolff le 5 janvier dernier a relancé les débats. Ce dernier s’est pourtant défendu d’être mentalement inapte en se qualifiant dans une formule dont il a le secret de « génie très stable » sur son compte Twitter. Les propos relatés dans « Fire and Fury » sont pourtant peu rassurants sur l’état mental du président. Plusieurs témoignages rendent compte d’un comportement troublant de sa part : réactions enfantines, crises de paranoïa, manque de discipline ou trous de mémoire semblent avoir ponctué sa première année à la Maison Blanche.

 

Les inquiétudes autour de sa capacité à gouverner ne sont pas nouvelles. En avril, un projet de loi s’appuyant sur le 25e amendement de la Constitution a été proposé par Jamie Raskin, un élu démocrate du Congrès. Cet amendement prévoit que le vice-président gouverne en cas d’incapacité mentale du président à exercer ses pouvoirs. Mais cet amendement ne prévoyant cependant aucune instance valable de juger l’état mental du président, Raskin avait proposé la création d’un comité composée de 11 personnes, essentiellement de psychiatres et des neurologues.

En octobre dernier aussi, 27 spécialistes, psychologues et psychiatres, ont publié un livre alertant sur la santé mentale du chef de l’État américain. Les auteurs de « The Dangerous Case of Donald Trump » ont mis en garde sur des signes d’instabilité qui rendraient le président dangereux pour la sécurité nationale et internationale.

 

Alors qu’il balaie toute éventualité d’un examen psychiatrique, le staff de la Maison Blanche compte en revanche s’appuyer sur le bilan médical effectué ce vendredi pour mettre fin aux suspicions et assurer que le 45e président des Etats Unis a bel et bien une santé de fer. Et même la « plus incroyable » de toute l’histoire des présidents…

dakarecho@gmail.com'

Jean Louis Verdier- Bloggeur- Rédacteur en chef Digital -Paris
E-mail: dakarecho@gmail.com Tél (+00) 33 7 51 10 29 13

Articles similaires

Laisser un commentaire