Chronique

La traque

Ça déborde, ça part et ça tire dans tous les sens. Jamais les Sénégalais n’ont été aussi divisés que dans cette affaire Sonko. Deux bords qui s’affrontent et se regardent en antagonistes, prêts à se trucider ou s’éborgner.

Une affaire privée qui est en passe de se transformer en affaire d’Etat avec plusieurs ramifications. On oppose des camps et même des ethnies, mettant en péril notre commune volonté de vivre ensemble.

On installe la peur, sortant des vocables qui nous rappellent un très sérieux ancien ministre qui s’était présenté à minuit, pince sans rire, devant ses compatriotes pour leur annoncer avoir déjoué une tentative de coup d’Etat et arrêté des membres de « commandos » liés à l’opposition envisageant de commettre des attentats dans les environs de Dakar !

Dix ans après ces faits peu glorieux de ce ministre, voir le pouvoir user des mêmes méthodes et procédés pour faire taire des adversaires, nous fait désespérer de ceux qui sont à la tête de ce charmant pays.

« Le procureur de la République a décidé de tuer dans l’œuf un complot visant à la réalisation d’un coup d’Etat en procédant à l’interpellation d’individus dûment identifiés comme membres du complot » avait dit le plus sérieusement du monde l’ancien ministre dans un communiqué lu à la télévision publique à une « heure de crime ».

Depuis quelques jours, on assiste à une véritable chasse à l’homme avec de jeunes militants de Pastef et du « Mouvement France Dégage » qui sont traqués, pourchassés, harcelés.

Cette traque (après celle des biens supposés mal acquis !) n’épargne même pas les épouses des opposants et plonge ainsi notre pays dans la peur et une spirale de violence.

Bizarrement, ce sont les mêmes propos usités par l’ancien ministre de Pa Wade qui sont remis au goût du jour. Juste que, pour ce coup – ci, jamais les germes d’une division de notre pays n’ont été si prégnants.

Articles Similaires

1 sur 49

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *