Dakar-Echo

La TNT peine toujours à décoller en Afrique subsaharienne selon une étude de Dataxis

La TNT peine toujours à décoller en Afrique subsaharienne selon une étude de Dataxis

La TNT, censée être opérationnelle depuis trois ans en Afrique subsaharienne, progresse toujours à pas comptés, avec seulement 9 des 48 pays ayant achevé leur transition vers le digital, selon une étude de la société de conseil et d’analyse Dataxis.

Les neuf pays à avoir éteint à ce jour leur signal analogique sont tous situés en Afrique australe, orientale ou dans l’Océan indien: Namibie, Zambie, Malawi, Swaziland, Maurice, Tanzanie, Kenya, Rwanda et Ouganda.

Le plan de déploiement initial prévoyait une extinction du signal analogique sur le continent en juin 2015, mais les retards se sont accumulés dans la plupart des pays depuis.

« L’élément clé est la volonté politique des autorités (nationales) de mettre en oeuvre le basculement », a relévé l’analyste en chef de Dataxis en charge de l’Afrique, Sa Eva Nébié, présentant l’étude lors de la 3e édition de la conférence NexTVCEO Africa destinée aux professionnels du secteur à Port-Louis (Ile Maurice).

Les difficultés peuvent être multiples. La Côte d’Ivoire a annulé trois fois à ce jour les résultats de ses appels d’offre pour le déploiement de la TNT, alors qu’au Burkina Faso, le signal digital est désormais disponible mais le marché des décodeurs souffre d’absence de régulation et de soutien public, selon des professionnels interrogés par l’AFP en marge de la conférence.

Le marché de la télévision en Afrique subsaharienne, qui pèse aujourd’hui 4,3 milliards de dollars -3,6 mds EUR-, conserve un énorme potentiel puisque nettement moins de 40% des foyers sont équipés d’un poste de télévision (90 millions à ce jour, 107 M attendus en 2023).

La télévision payante y progresse rapidement, avec deux fois plus de foyers abonnés l’an dernier (24M) qu’en 2013, toujours selon Dataxis. La moitié du chiffre d’affaires de la télé payante est réalisé dans la seule Afrique du Sud, où le groupe Naspers est en situation quasi-monopolistique avec ses bouquets satellitaires Dstv.

Dans le reste de l’Afrique subsaharienne, Dstv domine également le marché, mais devance d’assez peu en termes d’abonnés les groupes français et chinois CanalPlus et StarTimes, à peu près à égalité devant le groupe lusophone Zapgroup.

Le marché de la TV payante continue globalement de progresser nettement, avec la croissance du nombre d’abonnés, même si, concurrence oblige, le revenu mensuel moyen par abonné (average revenue per user) poursuit un léger déclin (15,2 USD ou 12,7 € en 2017 contre 16,6 USD -13,8 EUR- l’année précédente).

Jean Louis Verdier – Rédacteur en Chef Digital – Paris- Dubaï – China
dakarecho@gmail.com – Tél (+00) 33 6 17 86 36 34

Articles similaires

Laisser un commentaire