Dakar-Echo

La mafia de l’eau démantelée par la Section de Recherches de la Gendarmerie de Colobane

La mafia de l’eau démantelée par la Section de Recherches de la Gendarmerie de Colobane

Le présumé cerveau de ce réseau est un ancien employé de la société Canadian Bottling Compagny qui a mis sur le marché de l’eau de robinet dans des bouteilles d’Aquaterra, de Ba Eau Bab et de Kirène.

Filtrer de l’eau de robinet et la conditionner dans des bouteilles d’Aquaterra, de Ba Eau Bab et de Kirène pour ensuite les commercialiser. C’est la supercherie de A. Diambo qui a été découverte par la Section de recherches de la gendarmerie et ce, grâce à une dénonciation anonyme.

Le suspect a été arrêté avec deux de ses collaborateurs. Le trio est déféré pour les délits d’association de malfaiteurs, vol au préjudice de son employeur, complicité, tromperie sur la qualité et la nature d’un produit alimentaire et exercice d’une profession réglementaire sans autorisation administrative préalable. Tout a commencé lorsque M. Diambo, chef logistique à Canadian Bottling Compagny (Cbc) a démissionné de son poste, suite aux soupçons de vol qui pesaient sur lui.

L’entreprise a été victime de vols répétés sur les consignes de 19 litres. Après sa démission, il est resté dans son domaine, notamment la commercialisation de l’eau filtrée. Sauf que le liquide précieux provenait du robinet et était conditionné dans des consoles d’Aquaterra.

Il résulte des renseignements reçus par les autorités judiciaires que l’ex-gent mélangeait les bouteilles d’eau minérales qu’il achète à l’usine à des bouteilles remplies d’eau de robinet filtrée quotidiennement pour les distribuer aux clients qui lui ont passé des commandes, croyant qu’il travaille toujours pour Canadian Bottling Compagny.

Selon nos sources, l’informateur a indiqué aux gendarmes qu’en découvrant les agissements de leur ex-employé, les responsables de l’entreprise avaient porté plainte à la brigade territoriale de la Zone franche industrielle. Si, à l’époque, l’enquête n’avait pas abouti, ce n’est pas le cas cette fois-ci.

D’abord, ce sont les deux collaborateurs du sieur Diambo qui ont été appréhendés en premier. Des informations renseignent que M. I. Ba et I. Ndao ont été interpellés, alors qu’ils étaient sur le point de livrer une commande à un restaurant très huppé de Dakar. D’ailleurs, le second a facilité l’arrestation du principal suspect pris au cimetière de Yoff.

Après les arrestations, les hommes en bleu ont fait une importante saisie, en fouillant dans les différents dépôts du sieur Diambo. A Liberté 1, ils ont mis la main sur 37 bouteilles d’eau Aquaterra de 19 L, 26 bouteilles d’eau Ba Eau Bab de 19 L, 7 bouteilles d’eau Kirène de 19 L, 2 bouteilles d’eau Kirène de 10 L, 2 réservoirs à eau petit modèle, 1 lave bouteille, 74 bouteilles d’eau Aquaterra de 19 L, 2 compresseurs servant à enlever les bouteilles ont été découvertes à Mbao.

De même que 2 pompes de remplissage, 1 bac à sel, 1 perceuse, 1 générateur d’ozone…. Les enquêteurs ont également récupéré au magasin géré par un certain I. E. Cissé 2 réservoirs à eau grand modèle, 1 machine à eau Auto Reserve Osmosis Syteme RO500L/H appelée osmoseur utilisée pour le traitement de l’eau mise en bouteille.

Une première descente à Mbao avait fait chou blanc

Lorsque le trio a été entendu, chacun a défini son rôle. M. I. Ba s’est présenté comme le chauffeur du véhicule de livraison. Il a laissé entendre qu’il agissait sous les ordres de Diambo qui l’envoyait également à l’usine pour acheter et compenser les bouteilles vides. Revenant sur le modus operandi, le chauffeur a révélé qu’à l’issue, il les mélange et récupère le livreur pour débuter les livraisons auprès des clients. Par la suite, ils se rendaient au cimetière de Yoff pour y récupérer des bouteilles de 10 L remplies d’eau de robinet.

Quant à I. Ndao, il a confessé avoir été recruté pour remplir et bouchonner les bouteilles, chaque matin. Par la suite, le chauffeur Bâ venait les récupérer, mais il ignorait leur destination. Dans sa déposition, il a confirmé les dires de l’informateur des enquêteurs, en soutenant qu’un jour, des gendarmes avaient fait une descente à Mbao.

Diambo, qui était absent, a par la suite déplacé nuitamment son unité de production. Toujours est-il que, lors de son audition, ce dernier a confirmé, d’après nos sources, les déclarations de ses employés.

A cet effet, A. Diambo aurait reconnu avoir commercialisé de l’eau filtrée dans des consoles d’Aquaterra, de Ba Eau Bab et de Kirène, sans autorisation des propriétaires de ces sociétés. Dans la foulée, il a désigné le nommé C. Diop comme étant son pourvoyeur des bouchons utilisés pour fermer les bouteilles, après leur remplissage. Ce dernier, employé à Cbc, lui vendait 15 bouchons à 3 000 F Cfa.

Il a ajouté qu’un autre employé lui revendait souvent des bouteilles d’Aquaterra clandestinement en dehors de l’usine. Et les factures étaient au nom d’un certain B. Mbaye Camara qui a confié aux gendarmes que c’est parce qu’il bénéficiait d’une réduction, à chaque fois, qu’il achète une importante quantité à l’usine. Toutefois, l’ex-agent de Cbc a tenté de limiter ses responsabilités pénales, en subodorant qu’il avait abandonné l’activité.

Car, face aux enquêteurs, le mis en cause a imputé la paternité du matériel au nommé Cissé. Il l’avait cédé à ce dernier pour un montant de 4 millions, suite à la descente des gendarmes dans son unité de Mbao. Une allégation confirmée par le susnommé, mais qui a indiqué que la vente a eu lieu dimanche dernier.

FATOU SY

Articles similaires

Laisser un commentaire