Droits de l'hommeRapport

La lutte contre les inégalités hommes-femmes au plus bas depuis 20 ans dans le monde, selon un rapport de la Banque Mondiale

Le rythme des réformes visant à réduire les inégalités entre les hommes et les femmes a fortement ralenti en 2022 pour atteindre son niveau le plus bas depuis 20 ans, selon un rapport de la Banque mondiale (BM) publié jeudi.

L’indice mesurant l’évolution des réformes en faveur d’une plus grande égalité juridique n’a progressé que de 0,5 point et s’établit à 77,1 points, « cela signifie que les femmes ne jouissent en moyenne qu’à peine 77% des droits juridiques reconnus aux hommes », écrit l’institution, dans son rapport « Les femmes, l’entreprise et le droit » pour 2022. Concrètement, 34 réformes ont été menées l’année écoulée, dans 18 pays, ce qui en fait le plus faible total depuis le début du siècle.

Au rythme actuel des réformes, une jeune femme entrant aujourd’hui dans la vie active n’atteindra pas l’égalité juridique lors de son départ à la retraite dans la plupart des pays, estime le rapport, qui pointe dans cette situation un risque d’entrave de « la croissance économique à un moment critique pour l’économie mondiale ».

« Le fait qu’une grande partie du monde n’accorde pas aux femmes les mêmes droits qu’aux hommes constitue non seulement une injustice à l’égard de celles-ci mais aussi un obstacle dans la capacité de ces pays à promouvoir un développement vert, résilient et inclusif », a estimé le chef économiste de la BM, Indermit Gill, cité dans un communiqué.

L’institution estime en effet qu’une égalité juridique permettrait d’augmenter le Produit intérieur brut (PIB) par habitant à long terme de près de 20% en moyenne, avec des gains économiques mondiaux estimés entre 5.000 et 6.000 milliard de dollars si les femmes pouvaient créer et développer de nouvelles entreprises aussi facilement que les hommes.

Si le niveau d’égalité est le plus élevé dans les économies avancées, l’Afrique subsaharienne est la région à avoir réalisé le plus de réformes en la matière en 2022, la moitié du total étant réalisé dans sept pays de la zone.

Dans le cadre de son rapport, la Banque mondiale a étudié l’ensemble des lois et règlements votés ou mis en place dans 190 pays en 2022 en prenant en compte huit domaines qui « influent sur la participation des femmes à la vie économique »: mobilité, travail, rémunération, mariage, parentalité, entrepreneuriat, actifs et retraite.

Jean Louis Verdier - Rédacteur en Chef Digital - Paris- Dubaï - Hong Kong dakarecho@gmail.com - Tél (+00) 33 6 17 86 36 34 + 852 6586 2047

Articles Similaires

1 sur 14

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *