Dakar-Echo

La Chine signe une commande 290 Airbus A320 et dix A350

La Chine signe une commande 290 Airbus A320 et dix A350

Le contrat a été signé au cours d’une cérémonie à l’Elysée.

À l’occasion de la visite d’Etat du président chinois Xi Jinping en France, un contrat historique a été dévoilé. Au total 290 Airbus A320 et 10 A350 vont être achetés par l’entreprise étatique chinoise CASC (China Aviation Supplies Holding Company), selon un accord commercial signé ce lundi.

« La conclusion d’un grand contrat pour Airbus est une avancée importante et un excellent signal […] de la force des échanges » entre la Chine et la France, a déclaré le président Emmanuel Macron, lors de la signature du contrat au cours d’une cérémonie à l’Elysée.

Dans un communiqué séparé, Airbus a confirmé la « commande de 300 appareils Airbus au total par des compagnies chinoises », un contrat nettement plus important que le pré-accord annoncé il y a plus d’un an, qui portait sur 184 Airbus A320.

L’avionneur européen n’a pas dévoilé le montant que représente le contrat avec CASC, mais au prix catalogue 2018, cela représente plus de 35 milliards de dollars. 

« La France ira sur la Lune avec la Chine »
Par ailleurs, la France et la Chine devraient coopérer sur une mission spatiale. Un accord prévoyant l’envoi d’instruments scientifiques français sur la mission lunaire Chang’e-6, prévue pour 2023-2024, a été signé, annonce l’agence spatiale française, le Cnes.

« La France ira sur la Lune avec la Chine », s’est félicité Jean-Yves Le Gall, président du Cnes, qui a signé cette lettre d’intention avec Zhang Jianhua, vice-administrateur de l’agence spatiale chinoise CNSA, à l’Elysée, en présence des présidents français et chinois. À ses yeux, il s’agit d’un accord « historique ».

« Nous allons embarquer 15 kg d’expériences à bord de la future mission Chang’e-6 qui ira recueillir des échantillons lunaires en 2023-2024 », a précisé le patron du Centre national d’études spatiales. « Nous allons mettre une caméra, un analyseur, nous allons faire de la chimie du minerai lunaire », a-t-il détaillé.

Un « partenariat eurochinois fort »
Le président français Emmanuel Macron a en outre plaidé pour un « partenariat eurochinois fort » alors que l’Europe cherche une posture cohérente face aux ambitions diplomatiques et économiques de Pékin.

Ce partenariat doit notamment être articulé autour d’un « multilatéralisme fort », et un volet économique « loyal et équilibré », a affirmé le président français devant la presse.

Dimanche après-midi, le président chinois a démarré sa visite en France à Beaulieu-sur-Mer (Alpes-Maritimes), pour un dîner avec le couple Macron.

Articles similaires

Laisser un commentaire