Dakar-Echo

La Casamance vent debout contre le projet minier dévastateur du zircon

La Casamance vent debout contre le projet minier dévastateur du zircon

Depuis quelques mois, les habitants de Niafrang ou Niafourang, un petit village situé à la lisière de la Gambie font parler d’eux en manifestant avec virulence.

La raison de leur colère ? Un projet minier d’envergure, lancé par l’entreprise sino-australienne ASTRON basée à Hong Kong Astron Ltd et sa filiale Senegal Mineral Resources Mines Ltd qui s’intéressent au sable de Niafrang qui contient du zircon, un minerai comparable au diamant recherché et très convoité par les Chinois pour ses différentes utilisations dans le nucléaire, la médecine, le luxe…  

Ce projet d’exploitation du zircon était initialement accordé à Carnegie, société de droit australien. 

Les associations tentent péniblement de médiatiser et d’internationaliser leur combat. La manifestation a été internationalisée ce week-end avec des conférences de presse à Paris (France) et à Montréal (Canada)

La conférence de presse de ce samedi 9 septembre 2017 se tenait au 25 rue Polonceau à Paris 18e, organisée par l’association SOS CASAMANCE présidée par El Hadj Sylla pour sensibiliser la diaspora casamançaise sur les méfaits de ce projet destructeur pour la Casamance.  

Un désastre écologique

Dernier point et non des moindres, ce projet minier va bouleverser l’écosystème fragile de la forêt de mangroves, le plus riche au monde qui sera ainsi totalement bouleversé, comme ce fut le cas avec un projet à l’identique initié en Gambie voisin, dont les dégâts écologiques causés par l’exploitation du zircon avec une destruction de rizières, de mangroves, du niveau élevé de salinité de l’eau, de leur cadre de vie et irréversiblement de leur écosystème.   

Dès lors, on n’imagine mal les conséquences désastreuses qu’aurait une exploitation industrielle sur un tel domaine, même si les initiateurs du projet parlent d’une durée de 3 ans pour environ 150 emplois créés.

Lorsque l’on sait que les exploitations minières sont souvent à l’origine d’une détérioration des sols, mais aussi de l’émission de polluants utilisés en lien avec les poussières et les micro-particules dégagées, on mesure encore mieux l’aberration et l’inutilité de l’installation d’une exploitation de mine à cet endroit particulier. 

Le MFDC menace de reprendre les armes si le projet démarre

Entre incompréhension, hypocrisie compensatoire, risques pour la population, risque pour le tourisme, risque pour l’environnement de la dune de Niafrang qui protège l’arrière pays, destruction d’un patrimoine naturel et historique, Aire marine d’Abéné détruit, fragilisation de la dune littorale, risque de salinisation accrue, risque de pollution, risques de reprises de conflit armé…

Tous ces risques ont été sous-estimés par l’étude d’impact environnemental et social qui fonde la décision gouvernementale, étude réalisée par un cabinet lié à la société minière ce que les participants présents dans la salle ont dénoncé avec forces et arguments.   

Lors de la présentation du projet, de nombreuses questions ont fusé de la salle. Selon El Hadj Sylla de SOS CASAMANCE, « il y a deux visions de développement qui s’opposent sur ce projet ». « Ce n’est pas un non à tout projet, mais et il faut une autre étude indépendante qui prenne en compte tous les risques mais pas uniquement celles émanant que de la société ASTRON qui présente le projet sous l’angle qu’elle veut bien nous montrer. Il faut que la population de Niafrang continue à se mobiliser afin que le projet ne se réalise pas ainsi que la diaspora casamançaise, car au delà de Niafrang, c’est toute la Casamance qui doit se mobiliser »

Les participants ont également dénoncé « le silence assourdissant de Salif Sadio, le chef du Mouvement des Forces Démocratiques de la Casamance (MFDC) qui n’a pas été entendu une seule fois sur ce projet, le Collectif des Cadres Casamançais ainsi que les différents maires de la Casamance » déplore Alpha Diatta

 Toute la Casamance sera debout pour barrer la route à ce projet dangereux s’insurge également Youssouf Diatta qui regrette le nombre peu élevé de personnes présentes ce jour. Pour lui c’est un danger de Blouf à Diembering, et toute la Casamance risque d’être dénaturée à jamais, il ne faut pas laisser faire ce projet, car le projet va de la frontière gambienne jusqu’au Cap Skirring.

Dans un ton plus posé et calme, Lamine pose la question à savoir « comment s’organiser pour faire comprendre à la population de faire barrage à l’exploitation de ce projet depuis la diaspora ? »

Dans un autre ton, Mamadou Goudiaby qui est contre l’exploitation du zircon regrette que la salle ne soit pas pleine pour une cause aussi noble

Dans un registre plus virulent, pour Lansana Goudiaby du MFDC,  ce dossier est une catastrophe pour la Casamance et tous les fils de la Casamance doivent se lever comme un seul homme pour dire non et si jamais l’exploitation démarrait, le MFDC risque de reprendre les armes. Pour lui, la population manque d’informations sur ce projet quant à ses conséquences néfastes 

Jacques Attali, Y En A Marre, Aly Haïdar, Sonko…contre le projet

Environ 300 signatures ont déjà été recueillies par une pétition en ligne « Appel de la Dune », « Non au démarrage de l’exploitation des sables métallifères de Casamance » disponible sur le site Pétitions24

Parmi les premiers signataires, un collectif de 34 chercheurs et spécialistes signataires de la lettre ouverte au président Macky SALL et diverses personnalités de la Casamance, des ONG telles que Advocates for Community Alternatives au Ghana, Objectif Transition, Sos Casamance, le mouvement Y En A Marre, les Etudiants Casamançais…

 Autre soutien de taille et non des moindres, Aly Haïdar, Ousmane Sonko,  Jacques Attali, Jean Claude, Luc Descroix, Ashley Fent (Californie), Abdou SANÉ ancien député…

Un site facebook est également disponible https://www.facebook.com/appeldeladune/?ref=br_rs

dakarecho@gmail.com'
Jean Louis Verdier- Bloggeur- Rédacteur en chef Digital -Paris E-mail: dakarecho@gmail.com Tél (+00) 33 7 51 10 29 13

Articles similaires

Laisser un commentaire