Dakar-Echo

Kaolack, une ville insalubre

Kaolack, une ville insalubre

Qui­ dit ­Kaolack,­ dit­ saleté !­ C’est­ grave­ qu’une ­ville­ soit ­synonyme­ d’insalubrité.­

Depuis ­la ­création ­de­ cette ­ville­ carrefour ­nichée­­ entre­ le­ Sénégal­ et ­les­ régions ­de­ Sud ­et ­Sud-Est du­ Sénégal ­mais­ aussi ­la Gambie, son­ nom­ rime ­avec ­saleté.

En­ cette ­période ­de ­saison­ des ­pluies, ­Kaolack­ est ­­invivable pour ­les ­touristes­—et­ même ­pour­ les­ pauvres ­citoyens­ de­ ce pays !­—­qui­ ont ­horreur ­de ­l’insalubrité.­

Dans ­les ­restos ­de la­ ville,­ le­ visiteur­ est­ accueilli­ par ­des ­­nuées­ de­ mouches ­qui s’invitent­ dans ­les­ plats.

­Des­ déchets ­qui­ puent­ un­ peu­ partout.­ Même ­dans­ les ­concessions,­ la ­saleté règne.­ C’est ­extraordinaire ­mais­ c’est­ la­ réalité.­ Il ­n’y a­ pas ­une­ zone ­propre dans ­cette­ ville­ qui,­ pourtant,­ devait­ l’être ­parce­ qu’il­ y ­a ­beaucoup ­d’autorités ­natives ­­de ­cette­ ville ­dans ­le gouvernement. A ­moins ­qu’elles­ soient­ aussi­ sales…

Jean Louis Verdier- Bloggeur- Rédacteur en chef Digital -Paris
E-mail: dakarecho@gmail.com Tél (+00) 33 7 51 10 29 13

Articles similaires

Laisser un commentaire