Dakar-Echo

Joe Biden prévient Mohammed ben Salmane, d’une réponse en cas de nouvelle attaque contre des opposants saoudiens

Joe Biden prévient Mohammed ben Salmane, d’une réponse en cas de nouvelle attaque contre des opposants saoudiens

Biden prévient Ryad d’une réponse en cas de nouvelle attaque contre des opposants saoudiens

Le président Joe Biden a déclaré vendredi avoir prévenu le prince héritier d’Arabie saoudite d’une «réponse» de sa part en cas de nouvelle attaque contre des dissidents, en référence à l’assassinat «scandaleux» du journaliste Jamal Khashoggi.

«J’ai juste fait comprendre que si une telle chose se reproduit, ils auront cette réponse et bien plus encore», a-t-il déclaré devant des journalistes à Jeddah, (ouest), disant avoir évoqué cette affaire avec le prince héritier Mohammed ben Salmane, accusé par Washington d’avoir commandité cet assassinat.

Biden a sur les mains «le sang» des victimes du régime saoudien, dénonce la fiancée de Khashoggi
Le président américain Joe Biden, qui a rencontré Mohammed ben Salmane en Arabie saoudite, a «le sang» de la prochaine victime du prince héritier sur les mains, a tweeté vendredi 15 juillet la fiancée de Jamal Khashoggi, journaliste assassiné en 2018.

Rang de «paria» promis
Imaginant ce que son compagnon aurait tweeté, Hatice Cengiz a écrit en s’adressant à Biden: «Est-ce là votre façon de faire rendre des comptes aux responsables de mon meurtre? Le sang de la prochaine victime de MBS (surnom de Mohammed ben Salmane, NDLR) est sur vos mains».

Jamal Khashoggi, chroniqueur du Washington Post critique du pouvoir saoudien, avait été tué et démembré le 2 octobre 2018 dans les locaux du consulat saoudien à Istanbul alors qu’il venait chercher des papiers nécessaires à son mariage avec sa fiancée turque.

Après son assassinat, Joe Biden avait promis de réduire la monarchie du Golfe au rang de «paria» et déclassifié un rapport concluant que le prince héritier avait «validé» ce meurtre.

Le président est pourtant arrivé vendredi au palais royal de Jeddah, où il a salué Mohammed ben Salmane d’un «check» du poing, forme de salutations répandue depuis le Covid-19.

«Le premier “check” entre le président Biden et Mohammed ben Salmane était pire qu’une poignée de mains – cela était honteux», a déclaré Fred Ryan, directeur de la publication du Washington Post. Ce geste cordial «reflète un niveau d’intimité et d’aise qui offre à MBS la rédemption injustifiée qu’il cherchait», a-t-il ajouté dans un communiqué.

Articles similaires

Laisser un commentaire