Dakar-Echo

Je suis prêt: ce qu’il faut retenir du meeting d’Ousmane Sonko à Paris

Je suis prêt: ce qu’il faut retenir du meeting d’Ousmane Sonko à Paris

Sortie du franc CFA, monnaie nationale, suppression des fonds politiques, renégociation des accords APE, préférence nationale, la fin de l’hyper-présidentialisme, la séparation de l’exécutif du judiciaire, la prise en compte de la diaspora une industrialisation… Si vous avez loupé le meeting de Ousmane Sonko à Paris Saint Denis, ce samedi 24 novembre, moment-clé de la campagne de Ousmane Sonko, Dakarecho vous résume l’essentiel de ce qui s’y est passé.

Au regard de la foule agitant des drapeaux vert jaune rouge du Sénégal durant son discours, Ousmane Sonko a réussi son Paris.

Des drapeaux du Sénégal étaient distribués à toutes les personnes présentes dans la salle pour chauffer le public en ce froid glacial du mois de novembre dans la capitale française. 

Dès 8 heures, samedi matin, les militants de Pastef ont commencé à remplir la grande salle des Docks Pullman à Saint Denis.  

Une arrivée digne d’une star de rock star pour Ousmane Sonko, qui a été longuement acclamé par plus de 3000 militants  venus de toute l’Europe et réunis aux Docks Pullman à Saint Denis, près de Paris, pour son premier grand meeting avec la diaspora sénégalaise résidant en France. Fendant une foule surexcitée pour se rendre à la tribune, il a été longuement acclamé par ceux ci.

Le discours a débuté par l’hymne national du Sénégal. Il a tenu à magnifier « la mobilisation exceptionnelle à Paris qui traduit une détermination et un engagement du Pastef et de beaucoup de citoyens qui n’appartiennent à aucune formation politique. » Cette mobilisation parisienne a battu tous les records y compris celle de la mobilisation à la place de l’Obélisque à Dakar lors du lancement de son livre « Solutions » le 16 septembre 2018″, dira t’il.

Tel Messi à Barcelone et devant un public surexcité mais sage et totalement acquis à sa cause Ousmane Sonko a déroulé son projet politique en disant qu’il n’était pas « le messie attendu tombé du ciel, mais ce qu’il propose c’est un pacte national. » « Nous ne sommes pas un messie tombé du ciel, il est temps de mettre fin à l’air des messies. Je vais rendre le Sénégal aux Sénégalais. » dira t’il d’emblée

Le président-candidat de Pastef, pas très à l’aise avec les discours préparés, a défendu sa vision du Sénégal et annoncé – dans un discours  anti-impérialiste, panafricaniste et souverainiste – sans panache, la nécessité de sortir du franc CFA entres autres.

Il fera remarquer que c’est la première fois qu’il lit un discours, car généralement tous ses discours sont improvisés.

Ousmane Sonko énumérera tous les pays, villes et villages qu’il a parcouru, de Nioro à Montréal, en passant par Ndioum, Cincinnati, Koumpétoum, Mbelakadior, l’Ohio en passant par Madrid etc… »Partout où nous sommes passés c’est d’abord une conscience citoyenne incarnée d’abord par Mamadou Dia avant nous, et incarnée également par Cheikh Anta Diop et Thomas Sankara. Il y une renaissance citoyenne africaine, » dira t’il

Il poursuivra en disant qu' »Il y a un besoin de réaliser l’alternative et non une troisième alternance pour jamais ne meure l’espoir d’un Sénégal nouveau. »

Il s’attaquera tour à tour à: « l’affaissement du système sanitaire au Sénégal, des habitants de Guet Ndar laissés à eux mêmes, des compatriotes tentant de venir en Europe et finalement rejetés par la mer ou vendus comme esclaves en Afrique, de la pauvreté qui sévit à Sobodala alors que des tonnes d’or y sont extraites tous les ans de leur sous-sol. »

De la pauvreté des sénégalais qui ne peuvent plus manger à leur faim alors que l’actuel président, Macky Sall n’a que « les bourses de sécurité familiale à proposer »

Pendant plus d’une heure d’horloge Ousmane Sonko a parlé pêle-mêle « des agriculteurs obligés de bazarder ou de brader leurs récoltes pour survivre »

Du « délitement de l’école publique, de l’angoisse des étudiants que l’état n’arrive plus à prendre en charge, de l’affaissement du système sanitaire pendant que l’élite politique abuse du tourisme médical »

De la « crise de l’emploi, ampleur de la corruption et détournement de deniers publics encouragé par la logique partisane d’un homme obsédé par un second mandat (en parlant de l’actuel président) qui les couve et les protège les criminels économiques »

De la « perte progressive de notre souveraineté au profit des étrangers au détriment des nationaux »

Je suis prêt comme slogan de campagne
Ousmane Sonko parle de ses adversaires qui disent qu’il est trop jeune et inexpérimenté pour diriger le Sénégal alors que dira t-il deux « des plus illustres prophètes de l’humanité à savoir Jésus Christ et Moumamed (PSL) ont été révélé à l’âge de 30 ans 40 ans. Egalement que Barack Obama, Justin Trudeau, comme Abdou Diouf, tout comme Emmanuel Macron ont été élus jeunes. »

Il lancera des piques à « Moustapha Niasse qui, dira t-il s’accroche au perchoir de l’assemblée nationale à 80 ans« 

Prononçant la phrase « Je suis prêt » à plusieurs reprises à mettre fin à l’hyper présidentialisme qui télécommande le pouvoir législatif et qui dicte au pouvoir judiciaire« 

Je suis prêt à « supprimer les fonds politiques qui ne sont en réalité que des fonds de corruption »

Je suis prêt « démissionner de mes responsabilités de parti politique si je suis élu président de la république »

Je suis prêt à 44 ans, à « ériger un culte de la transparence et de la sédition des comptes en séparant tous les organes de contrôle de la présidence »

Je suis prêt à « faire de l’industrialisation le fer de lance de notre modèle économique », et à mener une politique cohérente dans le domaine agricole »

Discours interrompu par des « Sonko affaire bi yow la » ou Macky wathial Sonko yekk, Macky Wathial »

Je suis prêt à « mettre fin à la surexploitation des ressources halieutiques par des navires étrangers.« 

Je suis prêt à « promouvoir des capitaines d’industries nationaux »

Je suis prêt à « conquérir notre souveraineté monétaire par une sortie graduelle de la zone franc et une monnaie africaine ou a défaut une monnaie nationale. »

Je suis prêt à « renégocier tous les contrats léonins dans les secteurs miniers et pétroliers comme dans les marchés publics. »

Je suis prêt à « défendre la Sécurité du Sénégal et des sénégalais contre toutes les attaques environnementales« 

La clé de la victoire entre les mains de la diaspora et l’otage politique d’aucun lobby

La clé de la victoire est à 60 ou 70 % entre les mains de la diaspora, c’est pourquoi nous vous demandons de nous soutenir financièrement pour ne dépendre d’aucun lobby.

Discours ponctué par des « fi gno ko mome et des Macky gueneul sonko dougueu »

Ousmane Sonko terminera par un discours en ouolof

NDAW Amadou

Jean Louis Verdier – Rédacteur en Chef Digital – Paris- Dubaï – China
dakarecho@gmail.com – Tél (+00) 33 6 17 86 36 34

Articles similaires

Laisser un commentaire