Dakar-Echo

Investiture du candidat en 2017 et du secrétaire général du PDS : Fada dégage des pistes

FADALes procédures d’investitures du candidat à l’élection présidentielle de 2017 et du secrétaire général national du Parti démocratique sénégalais (PDS), doivent être distinctes.

C’est la conviction de Modou Diagne Fada, président du groupe parlementaire des libéraux et démocrates à la 12ème législature, qui estime qu’il y a des gens qui sont intéressés soit par l’un, soit par l’autre. Il a par ailleurs jugé opportun de créer au préalable une commission indépendante, pour la réception des candidatures et une autre chargée des recours éventuels à trancher.

La question de la succession d’Abdoulaye Wade, comme Secrétaire général national du Parti démocratique sénégalais (PDS), ou en tant candidat du PDS à l’élection présidentielle de 2017, se pose avec acuité, surtout avec la tenue prochaine, le 8 août, du congrès dudit parti. Des postes qui aiguisent bien des appétits et annoncent un véritable choc des ambitions entre certains frères libéraux.

Toutefois, Modou Diagne Fada, président du groupe parlementaire des libéraux et démocrates, a montré la voie à suivre, en prélude du congrès convoqué par le ‘’Pape du Sopi’’. Joint au téléphone hier, mercredi 7 janvier, l’ancien ministre de la santé sous Wade a estimé «qu’il faut séparer la procédure de désignation du candidat pour la présidentielle de 2017 et celle de désignation du prochain secrétaire général national du parti».

Et pour cause, a-t-il soutenu, «il n’est pas dit que le candidat du parti en 2017 va être le secrétaire général de la formation politique, et vis versa». A son avis, il faut que les procédures soient distinctes. Cela, dans la mesure où «il y a des gens qui ne sont attirés que par le poste de secrétaire général du parti, d’autres ne sont intéressés que par la candidature du parti à l’élection présidentielle», a-t-il confié.

Pour ce faire, le chargé des élections au sein du PDS, qui s’est félicité de cette décision de Wade de convoquer le congrès, estime qu’il faut «qu’à son (Me Wade) retour discuter avec lui des modalités pratiques d’organisation de ce congrès». En effet, selon lui, il doit être créé une commission neutre, indépendante, chargée de recenser les candidatures et une autre éventuellement de recours pour prendre connaissance des recours essentiels, afin de pouvoir les trancher. Cela, au cas où il n’y aurait pas de consensus entre les différents candidats, a-t-il précisé.

Par ailleurs, force est de noter que, dans ce choc des ambitions qui se profile entre frères libéraux, l’enfant de Darou Mouthy joue toujours au clair-obscur sur sa possible présentation pour un quelconque poste lors des investitures.

Interpellé sur la question, il a préféré différer sa réponse au moment opportun, notamment quand la campagne sera lancée. «Si la campagne électorale est ouverte, vous connaitrez ma position personnelle», a-t-il déclaré.

Jean Michel DIATTA

Jean Louis Verdier- Bloggeur- Rédacteur en chef Digital -Paris
E-mail: dakarecho@gmail.com Tél (+00) 33 7 51 10 29 13

Articles similaires

Laisser un commentaire