Dakar-Echo

Injonctions

Injonctions

Une partie du syndicat des Chefs d’Etat de la section ouest de notre continent s’est encore rappelée à notre souvenir avec des sorties très malencontreuses sur le Mali et la Guinée.

C’est comme s’ils tenaient à entrer dans les bonnes grâces de leurs collègues déchus. Si donc ils n’intervenaient pas dans les affaires domestiques de leurs collègues lorsque des problèmes de troisième mandat voire de dictature rampante se posaient, qu’est ce qui explique leur immixtion après les changements de régime dans ces pays où des militaires sont désormais au pouvoir ?

Si au moins ils avaient eu à appeler à la raison Condé qui tenait par tous les moyens à un troisième mandat très illégitime avant le coup d’Etat militaire qui l’a renversé, personne n’y trouverait à dire ou redire. Certes, les militaires ne doivent pas diriger un pays ad vitam aeternam mais, dans certaines situations, il faut leur laisser le temps de mettre un peu d’ordre.

Ce que semblent oublier ces présidents qui ont une peur bleue des militaires. Parce que dans beaucoup de pays ces militaires sont des forces organisées, et trop souvent indisciplinées malheureusement.

Notre vœu est que tous les pays africains adoptent la démocratie avec des élections régulières et périodiques à tous les niveaux.

Où les vaincus félicitent le vainqueur sans rancune ni complexe. Dans une Afrique où on ne parlera plus de troisième et quatrième mandats et où règneront des présidents élégants et courtois. Où on votera le dimanche et le lendemain tout le monde ira bosser sans crainte de manifestations politiques violentes.

Vœu pieu, illusion, toujours est-il que ce rêve pourrait devenir réalité si nos Chefs étaient moins nombrilistes. L’histoire d’Alpha Condé est édifiante. Etudiant à Paris, il s’est véritablement distingué dans maintes batailles politiques. Opposant, il en a vu de toutes les couleurs avec les régimes au pouvoir dans son pays.

Tous ces combats l’ont légitimé pour la magistrature suprême. Trop légitimé à mon avis pour avoir réussi avec une maestria plutôt suspecte à devenir Président.

Parce qu’entre le premier tour et le second de cette élection, beaucoup d’eau a coulé sous les ponts. Au détriment de Dalein Diallo.

Nous connaissons la suite avec le pouvoir qui rend fou… La Guinée est un pays comme les autres pays avec certes ses spécificités ethniques qui ne doivent pas l’empêcher de suivre la marche du monde.

Nous devons laisser les Guinéens venir à bout de leurs problèmes domestiques sans aucune intervention étrangère.

Quant aux Maliens, victimes des Djihadistes, l’aide des Africains est de rigueur. Ce que semblent ignorer nos pontifes de la CEDEAO avec des injonctions sans façon.

Articles similaires

Laisser un commentaire