Dakar-Echo

Idrissa Seck dévoile un pan de sa politique environnementale

Idrissa Seck dévoile un pan de sa politique environnementale

Idrissa Seck a dévoilé un pan de sa politique environnementale hier à Kolda. Selon le candidat de la coalition Idy 2019, «notre politique d’environnement s’adressera à la fois à l’assainissement de l’habitat, à la gestion rationnelle des ressources des déchets pour éviter des bombes écologiques comme Mbeubeuss ».

A septième jour de sa campagne, le convoi de la coalition Idy 2019 a d’abord été à Koum- pentoum. Dans cette localité, le leader de Rewmi a, face à la population, soutenu qu’il est temps qu’ « on soulève très haut Macky Sall le 24 février prochain et le jeter par terre.

Cette très belle mobilisation démontre que vous êtes prêts au changement le 24 février prochain. D’ailleurs, il faut savoir que c’est tout le Sénégal qui est décidé à faire partir Macky le 24 février prochain », a-t-il dit en haranguant la foule.

Poursuivant, le candidat de la coalition Idy 2019 révèle qu’il y’a au moins cinq services sociaux de base si toutefois il est élu. « C’est la santé, l’éducation, l’eau, l’électricité, etc. Nous avons mis en place un programme de décentralisation pour qu’au moins toutes les communes puissent bénéficier des infrastructures de bases.

Ces localités de l’intérieur du pays méritent plus que tout ce qu’on a concentré à Diamniadio et qui mérite d’être étendu au reste du pays notamment ici », a déclaré le candidat de la coalition Idy 2019 avant de passer à Malem Gnani puis à Koussanar. Dans cette dernière localité, Idrissa Seck a dit mesurer toute l’espérance qui s’exprime à travers l’accueil enthousiaste des populations. « Je mesure aussi l’étendue des difficultés et des souffrances que vos vivez.

Au regard de ce que nous constatons tout au long de notre progression, je pense que la cause sera entendue dès le premier tour inch’Allah », s’est dit convaincu Idrissa Seck qui dit être très heureux d’avoir décroché les soutiens de certains leaders. Mais, cela traduit, selon lui, le sentiment général, « la volonté de changement de tout le peuple sénégalais… »

À Tambacounda où il est arrivé dans la soirée du samedi, Idrissa Seck a confié qu’en parcourant les rues de cette capitale régionale, aux côtés des jeunes et des femmes, il a pu mesurer que ces derniers ont choisi les vertus de l’honneur à l’argent.

Idrissa Seck de flinguer : « Je vois que cette immense zone du Sénégal oriental a été oubliée. Et cela démontre tout simplement que ceux qui nous gouvernent manquent de vision et d’engagement politique. C’est pourquoi, nous nous engageons à faire de Tambacounda un carrefour de développement économique c’est-à-dire un carrefour pour l’interconnexion avec la sous-région. Et avec aussi le développement du chemin de fer, Tambacounda sera aussi un carrefour ferroviaire. Tamba sera notre porte vers la Cedeao mais aussi notre porte vers l’Uemoa » a promis le candidat à la présidentielle.

« Tamba sera notre porte vers la Cedeao et vers l’Uemoa »
Après Tambacounda où Idy et sa délégation ont passé la nuit du samedi au dimanche, la caravane Orange a, au huitième jour de sa campagne hier, fait cap sur Vélingara.

Accueilli en fanfare, Idrissa Seck a soutenu que si les populations de cette ville du Fouladou ont fait une telle mobilisation sous cette forte chaleur et avec cet engagement, cela prouve que « vous êtes prêts au changement dès le premier tour ». Et d’expliquer que « dans notre coalition, nous n’avons que des personnalités compétentes et des hommes d’État. Et nous n’avons tous qu’un seul objectif, c’est d’abréger la souffrance insupportable des Sénégalais.

Pour Vélingara, nous avons un programme spécial pour notamment l’aménagement du fleuve d’Anambé mais aussi pour définitivement débarrasser notre jeunesse de ce poids insupportable qu’est le chômage », assure le président de Rewmi qui a fait un crochet au « Keur Serigne Touba » sis dans cette même localité.

Dans le département de Vélingara toujours, la caravane Orange est passée par Kounkané, puis Diaobé chez Serigne Moustapha Mbacké. Dans la première localité, le candidat de la coalition Idy 2019 a expliqué à ses hôtes que, dans son programme de développement, il compte bien développer Kounkané.

À Mampatim, sur la route de Kolda, Idrissa Seck a fait savoir qu’il n’est pas contre les bourses familiales et qu’il n’est pas dans la logique de les supprimer. Il va plutôt, selon lui, les améliorer « avec la mise en place d’un revenu mensuel régulier pour chaque famille ».

À Kolda, la caravane Orange est arrivée aux environs de 21h30mn. Après un tour dans quelques coins de la ville, l’ancien Premier ministre a pris la parole pour faire savoir que Kolda est une terre de refus, « est une terre de dignité ».

« Vous tous qui êtes ici personne ne vous a payé pour que vous soyez là. Mais, il y en a qui pour se rassurer sont obligés de payer à des gens beaucoup d’argent pour les mettre dans des cars et se donner une popularité qu’ils n’ont pas.

Mais, en parcourant Kolda, on peut voir que le désir de changement est déjà là », a-t-il raillé, allusion aux « mobilisations Ndiaga Ndiaye » du président sortant. Poursuivant, Idrissa Seck a soutenu que la région de Kolda a le potentiel qu’il faut pour créer des emplois mais aussi se développer d’une manière générale.

« Notre politique d’environnement s’adressera à la fois à l’assainissement de l’habitat, à la gestion rationnelle des ressources et la transformation des déchets»

Se prononçant sur l’environnement, le leader de Rewmi a expliqué que son gouvernement entretiendra trois relations avec notre environnement. « C’est l’environnement qui nous sert d’habitats, c’est l’environnement qui nous sert de vie et c’est l’environnement qui nous sert de lieu de dépôt des ordures. Sous ces trois rapports, nous avons défini un programme qui nous permet de gérer l’environnement pour que les habitats soient sains, pour que les ressources soient abondantes notamment à travers la reforestation.

Parce que la forêt est une richesse – si elle est gérée de façon durable. Exactement comme l’océan l’est en nous fournissant des poissons. Mais si l’exploitation n’est pas rationnelle, si nous vendons nos ressources halieutiques pour des miettes à des bateaux étrangers au point d’en priver nos propres pêcheurs, cela ne peut pas fonctionner.

Donc, notre politique d’environnement s’adressera à la fois à l’assainissement de l’habitat, à la gestion rationnelle des ressources et à la transformation des déchets pour éviter des bombes écologiques comme Mbeubeus. D’ailleurs, nous pouvons créer énormément d’emplois pour la jeunesse à travers cette gestion rationnelle », a confié Idrissa Seck.

Qui a martelé, sur un autre volet, qu’il est inadmissible que des régions entières soient privées de gynécologues ou de pédiatres. « Il faut que notre politique de santé soit assurée au niveau des différents hôpitaux régionaux. C’est une demande des populations que nous comptons régler dès que nous gagnerons les élections » », a promis en conclusion Idrissa Seck…

Bassirou DIENG

Articles similaires

Laisser un commentaire