Dakar-Echo

Human Right Watch dénonce une campagne de répression contre les opposants en Arabie Saoudite

Human Right Watch dénonce une campagne de répression contre les opposants en Arabie Saoudite

Dubaï – Human Rights Watch (HRW) a dénoncé vendredi une « campagne de répression » contre les opposants en Arabie saoudite en confirmant l’arrestation de dizaines de personnes dont des prédicateurs et des intellectuels dans le royaume ultra-conservateur. 

 Selon l’organisation de défense des droits de l’Homme basée à New York, ces arrestations sont « politiquement motivées ».
Depuis 2014, les autorités saoudiennes « ont jugé presque tous les opposants pacifiques devant la Cour criminelle spécialisée, le tribunal chargé des affaires terroristes dans le royaume », a-t-elle ajouté dans un communiqué.

 Les sentences prononcées contre les militants pacifistes et opposants « démontrent l’intolérance totale de l’Arabie saoudite envers des citoyens qui s’expriment en faveur des droits de l’Homme et des réformes », a dit Sarah Leah Whitson, directrice exécutive de la division Moyen-Orient et Afrique du Nord à HRW.

Selon des militants, au moins 20 personnes dont six prédicateurs parmi lesquels Awad al-Qarni et Salman al-Aoudah, ont été arrêtés en Arabie saoudite lors d’une campagne lancée le 9 septembre contre des dissidents.

HRW avait auparavant dit que ces arrestations pourraient être liées à la volonté du jeune prince héritier saoudien Mohamed ben Salmane, fils du roi, de consolider son pouvoir.

Salman al-Aoudah, suivi sur Twitter par des millions de personnes, est considéré comme proche de la confrérie des Frères musulmans que soutient le Qatar, pays en crise avec l’Arabie saoudite.

Ryad a classé les Frères musulmans comme « organisation terroriste ».

L’organisation de défense des droits de l’Homme Amnesty international a également dénoncé cette « vague d’arrestations », estimant qu’elle visait « les derniers vestiges de la liberté d’expression » dans le royaume.

« Ces dernières années, on ne se souvient pas d’une semaine durant laquelle autant de figures importantes saoudiennes (…) ont été visées en aussi peu de temps », a déclaré dans un communiqué Samah Hadid, directrice des campagnes d’Amnesty pour le Moyen-Orient.

« Il est clair que la nouvelle direction sous la houlette du prince héritier Mohamed ben Salmane est en train d’envoyer un message effrayant: la liberté d’expression ne sera pas tolérée ».

Les autorités saoudiennes n’ont pas mentionné cette campagne d’arrestations. Mais en début de semaine le procureur général a averti que toute atteinte à « l’unité nationale » ou à « l’image de l’Etat » est un « crime terroriste », ainsi que toute tentative visant à « perturber l’ordre public ».

dakarecho@gmail.com'
Jean Louis Verdier- Bloggeur- Rédacteur en chef Digital -Paris
E-mail: dakarecho@gmail.com Tél (+00) 33 7 51 10 29 13

Articles similaires

Laisser un commentaire