Dakar-Echo

Habib Faye: un bassiste génial et réformateur

Habib Faye: un bassiste génial et réformateur

Le musicien sénégalais Habib Faye, décédé mercredi à Paris à l’âge de 54 ans des suites d’une maladie, va laisser à la postérité le souvenir d’un bassiste de génie, devenu avec le temps un véritable réformateur musical qui a employé énergie et savoir-faire à sortir le mbalax de la routine.

Connu pendant longtemps comme le directeur musical du Super Étoile de Dakar, groupe de la star sénégalaise Youssou Ndour, Habib Faye était cité parmi les bassistes africains les plus talentueux de ce dernier quart de siècle.

La chanson « Bekoor », tirée de l’album « Badou » (1984) du Super Etoile, témoigne par exemple de la maestria de Habib Faye, une référence pour de nombreux bassistes sénégalais.

Le défunt a naturellement pratiquement produit tous les albums de Youssou Ndour depuis 1984, y compris son célèbre « Guide » sorti en 1994, avant d’entamer ces dernières années une carrière solo.

« H2O », son album solo sorti en 2012, témoigne du pari de l’artiste sur l’ouverture musicale, une démarche qui trouve tout son sens dans la volonté réaffirmé de Habib Faye de décloisonner le mbalax, genre musical typiquement sénégalais jugé inexportable.

Youssou Ndour, Angélique Kidjo, Manu Dibango, Idrissa Diop, entre autres artistes de renom, ont participé à « H2O », son nouvel album dont il a entamé la promotion en France, notamment.

« Moi, je considère ma musique comme une musique africaine déjà, mais qui a une certaine ouverture sur d’autres musiques », déclarait Habib Faye sur les ondes de Radio France internationale (RFI) en mars 2012, assurant n’être en rien opposé au style traditionnel représenté par le mbalax, « subtilement » intégré dans « H2O ».

Les intuitions sur lesquelles Habib Faye était resté ces dernières années se percevaient déjà aux débuts des années 2000, avec la sortie en 2004 de son premier album jazz « Live in Central Park ». Huit titres enregistrés en live au Central Park de Dakar en hommage à Jaco Pastorius, le célèbre bassiste de Weather Report.

Une expérience dont la logique a amené Habib Faye à s’inscrire de plus en plus dans une carrière solo dont il profitait des perspectives ces dernières années, quoique cela n’induisait pas une rupture totale avec le Super Etoile.

Il avait par exemple participé en novembre 2017 à la dernière édition du show annuel à Bercy, ce qui laissait penser aux prémices d’un retour éventuel dans le giron de ce groupe dans lequel il a débuté en 1984 et pour lequel il était resté fidèle.

Youssou Ndour qui employait déjà son frère Adama Faye était venu convaincre son père, professeur de lettres et guitariste à ses heures perdues, de laisser Habib Faye intégrer le Super Etoile.

Né dans une famille de musiciens, Habib apprend la guitare avec ses frères, Lamine qui participera au Super Diamono de Omar Pène, et Boubacar alias Vieux Mc Faye.

Il a composé et arrangé tant de chansons pour Youssou Ndour, qui règne encore sur la scène musicale sénégalaise, qu’il en a saisi pour ainsi dire la quintessence, d’où sa volonté de contribuer à améliorer le mbalax en le confrontant à d’autres styles, dans une dynamique d’enracinement et d’ouverture.

Jean Louis Verdier- Bloggeur- Rédacteur en chef Digital -Paris
E-mail: dakarecho@gmail.com Tél (+00) 33 7 51 10 29 13

Articles similaires

Laisser un commentaire