Dakar-Echo

Forte somme d’argent pour les délateurs d’étrangers à Pékin

La police de Pékin responsabilise ses citoyens, qui peuvent jouer les informateurs moyennant une forte somme d’argent.

Les étrangers présents à Pékin risquent de faire l’objet d’une attention accrue. La police de la capitale chinoise a en effet annoncé lundi un système de récompense pour les citoyens dénonçant des activités d’espionnage.

Les informateurs, invités à se manifester via un téléphone rouge, par courrier ou en se déplaçant en personne, peuvent empocher jusqu’à 500.000 yuans si leur dénonciation s’avère utile. Une somme rondelette au regard du salaire moyen à Pékin (85.000 yuans par an). «Les citoyens jouent un rôle important dans les enquêtes pour espionnage», a observé la police de Pékin dans un avis publié sur son site internet.

La notice précise que les délateurs peuvent choisir de rester anonymes et obtenir une protection policière pour eux et leurs proches. Les auteurs de fausses informations seront punis, avertissent les policiers.

Ruses romantiques

L’an dernier, une bande dessinée placardée sur les murs de bâtiments publics mettait en garde les Chinoises contre les ruses romantiques déployées par certains étrangers afin d’obtenir des informations.

L’histoire, intitulée «Amours dangereuses» mettait en scène une fonctionnaire baptisée Xiao Li et un universitaire étranger du nom de David. Elle se terminait par l’arrestation du couple après que Xiao Li eut remis à David des documents internes concernant son administration.

Le régime chinois évoque souvent la menace de «forces étrangères hostiles» pour justifier son recours à la censure ou des atteintes aux droits humains.

«Grande muraille anti-espions»

L’an dernier, Peter Dahlin, un militant suédois des droits humains installé à Pékin, a été détenu pendant trois semaines avant d’être expulsé pour atteinte à la sécurité nationale. L’association dont il s’occupait offrait des formations aux avocats spécialisés dans les recours face aux abus des autorités.

Le quotidien Beijing Morning Post a espéré lundi que la «mobilisation des masses» permette d’édifier «une Grande muraille anti-espions en acier trempé». Selon le journal, un pêcheur de la province du Jiangsu (est) a récolté une «grosse» récompense après avoir alerté les autorités d’un engin suspect présent dans l’eau et portant des termes étrangers. L’engin servait à recueillir des données pour une puissance étrangère, a assuré le quotidien.

Selon le recensement le plus récent, la Chine comptait 600.000 étrangers installés sur son sol en 2010.

dakarecho@gmail.com'
Jean Louis Verdier- Bloggeur- Rédacteur en chef Digital -Paris
E-mail: dakarecho@gmail.com Tél (+00) 33 7 59 46 88 46

Articles similaires

Laisser un commentaire