Chronique

Flics ou voyous ?

Excellente nouvelle pour les malfrats, voyous et autres braqueurs ! Désormais, ils peuvent attaquer des citoyens en pleine circulation, ouvrir par effraction les portières de leurs voitures, ou alors après avoir brisé les vitres de ces dernières, les extraire de force de leurs caisses.

Puis faire ce qu’ils veulent. En tout cas, faire cela qui était considéré jusqu’à hier comme un acte de banditisme, du « car-jacking », est désormais tout à fait légal dans notre pays. A preuve, c’est la Police elle-même qui donne l’exemple !

Hier, ses éléments ont immobilisé de force le cortège du leader de l’opposition Ousmane Sonko, qui rentrait tranquillement chez lui après le renvoi de son procès, avant de briser la vitre de sa voiture dont il a été extrait manu militari comme un vulgaire malfrat et l’embarquer dans leur fourgon.

Direction, son domicile à la cité Gorgui. Tout cela est parfaitement légal vu que le procureur de la République n’a pas élevé la moindre protestation et n’a pas non plus ordonné l’arrestation des policiers braqueurs! Nos agresseurs savent donc ce qu’ils doivent faire.

C’est en tout cas dans un pays qui se dit de droit et qui jusqu’à ces dernières années prétendait être la vitrine (brisée comme les vitres de la voiture de Sonko !) de la démocratie en Afrique que des policiers ont usé de ces méthodes de voyous que ne renieraient pas leurs homologues d’Amérique latine à l’encontre d’un opposant dont le seul crime est d’être populaire et de drainer des foules partout où il passe.

Cela nous rappelle ce film intitulé « Flic ou voyou » dans lequel Jean Paul Belmondo, une des vedettes, avec Alain Delon du cinéma français dans les années 70 à 80, ce film où Bébel, donc, jouait le rôle d’un commissaire de police nommé Cerutti. Il était chargé d’infiltrer un réseau de trafiquants de drogue à Nice.

Pour la circonstance, il avait dû adopter des méthodes de voyou afin de se faire accepter par ses copains malfrats.

A la fin du film, alors qu’un protagoniste lui demandait s’il était flic ou voyou, Belmondo avait répondu «les deux ! »

Eh bien les policiers qui ont extrait de force Ousmane Sonko hier pourraient aussi donner la même réponse !

Jean Louis Verdier - Rédacteur en Chef Digital - Paris- Dubaï - Hong Kong dakarecho@gmail.com - Tél (+00) 33 6 17 86 36 34 + 852 6586 2047

Articles Similaires

1 sur 49

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *