Dakar-Echo

Fitch baisse la note de la France à « AA » et S&P confirme le « triple A » britannique

spFitch baisse la note de la France à « AA » avec perspective stable

Fitch Ratings a baissé vendredi la note souveraine de la France d’un cran à « AA » contre « AA+ » auparavant, l’agence de notation estimant que la faiblesse de la conjoncture du pays mettait en péril les objectifs de réduction des déficits.

La perspective attachée à cette note est stable.

Dans un communiqué, Michel Sapin, ministre des Finances, dit « prendre note » de la décision de Fitch, tout en réaffirmant « la qualité de la signature de l’Etat français ».

« La dette française est parmi les plus sûres et les plus liquides au monde, avec une charge de la dette contenue, comme le souligne Fitch dans son appréciation. Elle dispose d’une base d’investisseurs solide et diversifiée. Cette confiance des investisseurs se nourrit d’une stratégie économique cohérente, que le gouvernement entend poursuivre avec détermination », ajoute-t-il.

Fitch estime dans un communiqué que la faiblesse de l’économie française met en péril les perspectives à la fois de consolidation budgétaire et de stabilisation du ratio d’endettement public.

Jeudi, Paris a pourtant annoncé une révision à la baisse de ses prévisions de déficit public, précisant anticiper désormais un total représentant 4,1% du produit intérieur brut (PIB) fin 2015, 3,6% fin 2016 et 2,7% fin 2017.

Le gouvernement prévoyait auparavant de ramener le déficit à 4,3% du PIB fin 2015, après 4,4% fin 2014, puis 3,8% fin 2016 et 2,8% fin 2017.

S&P confirme le « triple A » britannique
Standard & Poor’s a maintenu vendredi la note AAA de la Grande-Bretagne tout en estimant que son déficit budgétaire serait sans doute supérieur aux prévisions du gouvernement et qu’une augmentation de la fiscalité pourrait se révéler nécessaire.

Le ministres des Finances, George Osborne, a déclaré au début du mois qu’il voulait rééquilibrer le budget dans les année à venir mais sans alourdir la fiscalité.

S&P, la seule des trois grandes agences de notation à n’avoir pas privé Londres de son « triple A », estime qu’il faudra peut-être élargir l’assiette de l’impôt.

Peu après Standard & Poor’s, Fitch a à son tour confirmé sa note affectée à la Grande-Bretagne, à « AA+ », avec une perspective stable.

« Nous pensons que la consolidation budgétaire à venir finira bien prendre le chemin d’une hausse des recettes (…) », estime S&P dans un communiqué.

L’agence de notation voit le déficit budgétaire s’établir à un total représentant 5,4% du produit intérieur brut (PIB) à la fin de l’année calendaire 2014 et anticipe un ratio revenu à 3% vers 2017.

Pour cette année-là, le gouvernement table sur un déficit de 1%, Londres prévoyant un budget à l’équilibre au cours de l’exercice 2018-2019.

Selon Frank Gill, chargé des dettes souveraines chez S&P, le vainqueur des élections législatives de mai prochain n’aura pas d’autre choix que de réfléchir à des manières d’augmenter les recettes fiscales.

Le parti travailliste, actuellement dans l’opposition, a dit vouloir traiter le problème du déficit budgétaire de « manière équitable », annonçant notamment qu’il réinstaurerait une tranche d’imposition de 50% pour les revenus les plus élevés.

La note AAA et la note A-1+ assignée à la dette à court terme, également confirmée, sont assorties d’une perspective stable, ce qui signifie que la probabilité d’un déclassement dans les deux années à venir est inférieure à un tiers, précise l’agence.

L’économie britannique, saine et diversifiée, continue de faire preuve d’une grande souplesse, juge S&P, qui prévoit une croissance de plus de 3% cette année et de 2,7% en 2015.

Elle prévient toutefois qu’une éventuelle sortie du Royaume-Uni de l’Union européenne se traduirait par un affaiblissement de ses perspectives économiques.

 

Jean Louis Verdier- Bloggeur- Rédacteur en chef Digital -Paris
E-mail: dakarecho@gmail.com Tél (+00) 33 7 51 10 29 13

Articles similaires

Laisser un commentaire