Dakar-Echo

Entraineur de foot: l’opinion impose Aliou Cissé

Entraineur de foot: l’opinion impose Aliou Cissé

SENEGAL_CISSE_ALIOUL’ancien capitaine des «Lions» du Sénégal, Aliou Cissé, a été désigné sélectionneur de l’équipe nationale pour succéder à Alain Giresse.

La décision a été prise hier, mercredi lors de la réunion du Comité d’urgence de la Fédération sénégalaise de football. Mais il faut reconnaître que l’opinion publique a été déterminante dans ce choix. 

Aliou Cissé sélectionneur national ! C’est désormais officiel. Ce qui était déjà un secret de polichinelle a été rendu public par la Fédération sénégalaise de football (FSF) à l’issue de la réunion de son comité d’urgence qui s’est tenue hier, mercredi 4 mars, au siège de l’instance fédérale.

Dans un communiqué laconique envoyé aux médias, il est indiqué que «Monsieur Aliou Cissé est nommé Sélectionneur de l’Equipe Nationale “A” de football du Sénégal. La même décision a été soumise à l’Autorité, tiers payeur, aux fins d’approbation».

Ni la durée de son bail, encore moins ses émoluments n’ont été déclinés dans l’édit.

L’instance fédérale a précisé toutefois qu’une «conférence de presse sera organisée dans les prochains jours pour le présenter au public et à la presse sportive». Et qu’à «cette occasion, la FSF informera l’opinion de toutes les dispositions prises et des objectifs qui lui sont assignés».

Si le choix porté sur l’ancien capitaine des «Lions» ne surprend guère les observateurs du football sénégalais, il faut quand même souligner que l’ancien joueur du Paris Saint-Germain ne rentrait pas dans les schémas de la Fédération sénégalaise de football. Ou du moins, si on se réfère au portrait robot que le président Augustin Senghor avait dressé pour le successeur d’Alain Giresse.

Au lendemain de l’élimination du Sénégal de la coupe d’Afrique des nations 2015, le patron du football sénégalais avait fait une sortie qui a douché l’ardeur des partisans d’Aliou Cissé.

«Nous cherchons un technicien de haut niveau. Quelqu’un qui a du caractère, de l’expérience, du vécu surtout parce que c’est un point important», avait déclaré le maire de Gorée.

S’inspirant aussi de l’expérience avec Alain Giresse, qui a ouvert plusieurs fronts contre la presse mais aussi au sein de son équipe, Me Augustin Senghor ajoute d’autres critères humains et psychologiques. «Nous voulons aussi un sélectionneur plus souple dans les relations, plus réfléchi dans ses aspects relationnels», avait indiqué le président de l’instance fédérale.

Si Aliou Cissé est connu et reconnu comme étant quelqu’un de rigoureux, mais aussi de caractériel, il lui reste du chemin pour acquérir une certaine expérience et un vécu. Adjoint au CS Louhans-Cuiseaux en France, en 2011, il a été viré du banc à cause d’un différend avec le titulaire.

En 2012, il regagne le Sénégal pour assurer l’intérim après le départ d’Amara Traoré. Après son refus d’être le second d’Alain Giresse –alors qu’il avait donné son accord de principe -, il poursuit l’aventure avec les olympiques qu’il avait conduit jusqu’en quarts de finale aux Jeux Olympiques de Londres en 2012. Toujours en tant qu’adjoint de Karim Séga Diouf.

Mais depuis hier, il a franchi un nouveau pallier en prenant les rênes de la sélection A.

Intenses lobbies
Après la débâcle de Mongomo, une bonne partie de l’opinion publique sénégalaise avait réclamé la démission de l’équipe fédérale. En vain !

D’un autre côté, la succession d’Alain Giresse avait remis sur la table la sempiternelle question entre «Sorciers blancs» et expertise locale. Mais, très tôt les jeux se sont faits. Le nom d’Aliou Cissé avait été brandi par plusieurs observateurs, des anciens internationaux, notamment celui qui est considéré comme l’un des plus sages de la génération 2002, Omar Daf, qui a «voté» Cissé. Idem pour Tony Sylva.

L’ancien président de l’Olympique de Marseille, Pape Diouf, très bien écouté dans son pays d’origine, porte aussi son choix sur l’ancien capitaine des «Lions». Sans occulter des lobbies affairistes tapis dans l’ombre et s’appuyant sur le levier des médias. Face à cet état de fait et visiblement «fragilisée» par la contreperformance des «Lions» en Guinée Equatoriale, la Fédération finit par abdiquer.

Faire mieux qu’Abdoulaye Sarr
Le challenge est énorme ! La pression trop forte. Mais Aliou Cissé dispose des épaules assez larges pour relever le défi, dont le premier est de faire mieux qu’Abdoulaye Sarr, seul sélectionneur local à avoir disputé des demi-finales de coupe d’Afrique des nations. C’était en 2006 en Egypte.

Le problème de l’équipe nationale du Sénégal n’est plus une qualification, encore moins la préparation d’une phase finale. Mais plutôt, la compétition elle-même. Sur ce plan, Aliou Cissé semble un bon choix. Reste à savoir ce que la pratique va nous réserver.

Abdoulaye THIAM 

Jean Louis Verdier- Bloggeur- Rédacteur en chef Digital -Paris
E-mail: dakarecho@gmail.com Tél (+00) 33 7 51 10 29 13

Articles similaires

Laisser un commentaire