Dakar-Echo

En déclarant sa candidature à la présidentielle de 2019: Hadjibou Soumaré «enflamme» le Grand Théâtre et défie Macky Sall

En déclarant sa candidature à la présidentielle de 2019: Hadjibou Soumaré «enflamme» le Grand Théâtre et défie Macky Sall

Le président de « Démocratie et République » se jette dans la course à la présidentielle. Cheikh Hadjibou Soumaré a officialisé hier, au cours d’une exceptionnelle mobilisation au Grand Théâtre de Dakar, sa candidature à l’élection présidentielle du 24 février 2019.

A l’occasion de cette rentrée politique, l’ancien Premier ministre du président Abdoulaye Wade a descendu en flammes l’actuel président de la République, M. Macky Sall.

Cheikh Hadjibou Soumaré a littéralement « enflammé » le Grand Théâtre de Dakar. Ce temple de la culture où ont l’habitude de se produire en temps normal de grosses pointures de la musique sénégalaise comme Waly Seck, Youssou Ndour, Pape Diouf entre autres, a accueilli hier les « verts et blancs » du mouvement « Démocratie et République ».

Prévue à 16 heures, la rentrée politique du 5ème Premier ministre du Président Abdoulaye Wade et 5ème président de la Commission de l’Union économique monétaire Ouest Africaine (UEMOA) a semblé battre tous les records de remplissage des manifestations tenues jusque-là au Grand Théâtre de Dakar. Car, à 15h30mn déjà, la grande salle de plus de 2000 places devant contenir la cérémonie était archi pleine poussant ainsi les organisateurs à bloquer tous les issues.

Néanmoins, les nombreux militants et sympathisants de l’ancien ministre du Budget puis chef du gouvernement sous le régime de Me Abdoulaye Wade continuaient à venir en masse pour ne sans doute pas se faire raconter pareil événement politique. Ils étaient en effet des centaines de personnes, jeunes, adultes, femmes et hommes, à être restées sur l’esplanade où des écrans géants avaient été installés pour leurs permettre à ceux qui n’avaient pas pu accéder à la salle de suivre en direct la déclaration du héros du jour.

16h45mn, Cheikh Hadjibou Soumaré, vêtu d’un costume et cravate bleu ciel et d’une chemise blanche, entouré de son épouse et de ses plus proches collaborateurs, fait son apparition dans la salle suite à l’annonce du communicateur traditionnel, Bécaye Mbaye, et sous les chants de Fatou Guéwel Diouf. Ovationné pendant plusieurs minutes, il se dirige vers le pupitre pour prononcer son discours après une brève présentation de son parcours.

Selon le président de « Démocratie et République », il y a des moments dans notre pays qui interpellent l’esprit des patriotes. Des moments où, selon Hadjibou Soumaré, le devoir de servir se fait prégnant, impérieux. « Je suis convaincu que notre pays est à un tournant décisif qui nécessite que ses filles et fils se mobilisent pour fonder des lendemains meilleurs », a confié l’ancien Premier ministre du président Wade.

Poursuivant, il explique s’être longtemps tenu à l’écart des querelles partisanes, des lourdeurs idéologiques et des débats stériles. Pour cause, son engagement a toujours été de servir l’Etat au service duquel il s’est mis après avoir eu le privilège de faire ses humanités dans l’école publique sénégalaise.

Durant toute sa carrière, dit-il, son crédo a été de servir l’Etat avec dévouement, loyauté et discrétion. Cet idéal a guidé son action comme directeur général des finances, ministre du Budget et Premier de notre pays. Il en a été de même lorsqu’en sa qualité de président de la commission de l’UEMOA, il a eu la chance de diriger les politiques de plus grande intégration de l’économie de l’Afrique de l’Ouest.

Depuis quelques années en observateur attentif de la situation de son pays, M. Soumaré dit sentir la montée des inquiétudes, voir les difficultés que trop de familles éprouvent et constater la crise dans beaucoup secteurs de notre économie et de la société.

« Je note des interpellations sur le recul des intérêts publics et le manque d’indépendance de la Justice »
Et Hadjibou Soumaré de fusiller : « Je note des interpellations sur le recul des intérêts publics et le manque d’indépendance de la Justice. J’entends aussi la colère des étudiants ainsi que de nombreux jeunes sans emplois et sans espoir.

Les Sénégalais nous interpellent et nous interpellent encore. Qu’ils soient élèves, étudiants, chefs d’entreprise, menuisiers, mécaniciens, couturiers, marchands ambulants, sportifs entre autres, le constat est largement partagé. Notre pays n’avance pas dans la diminution de la pauvreté. Il n’avance pas ! Alors même que nos libertés reculent, nos Institutions s’affaiblissent, notre démocratie perd de son influence. Cela est tout simplement inacceptable pour le Sénégal, longtemps sentinelle de la démocratie.

Un pays qui était toujours en avant dans le progrès sur le continent. Je ne puis concevoir, élection après élection, que les acteurs politiques ne puissent garantir les besoins de base des populations. Il est urgent d’agir pour construire notre avenir et celui de nos enfants car nous sommes aujourd’hui confrontés à l’urgence absolument. »

Pourtant malgré cette amère réalité, le leader de « Démocratie et République » dit demeurer optimiste. Il est optimiste car il a longtemps parcouru le pays et l’étranger. Il a échangé avec des compatriotes à travers le monde. Et partout, il dit avoir remarqué que les Sénégalais sont prêts à s’engager pour un avenir meilleur. Ils sont prêts à se mettre au service de la plus noble des causes, celle du peuple, celle de la République en finalité à notre devise nationale. Poursuivant, Hadjibou Soumaré dit n’avoir pas besoin de rappeler que le Sénégal est Un c’est-à-dire que « nous sommes un seul peuple, un But et une Foi.

Foi dans notre avenir commun, Foi dans notre génie et la grandeur de notre nation qui tant donné à l’Afrique et au monde. » Ce diagnostic établi, l’ancien patron de l’UEMOA en vient à l’objet même de la manifestation d’hier. « Nous nous dirigeons dans les prochains mois vers des échéances électorales qui donnent l’opportunité aux patriotes de tous bords d’impulser le changement, de reprendre les rênes de notre pays pour qu’enfin le pouvoir d’Etat soit exercé par le peuple et pour le peuple. C’est pourquoi, je suis candidat à la présidence de la République », a annoncé l’ancien Premier ministre. Tonnerre d’applaudissements dans la salle accompagnés par des ‘’Hadjibou Président’’ scandés par une foule en liesse et conquise.

Après un arrêt de deux à trois minutes pur laisser le public exulter, le leader de « Démocratie et République » continue en confiant que l’élection de 2019 est un rendez- vous avec notre destin commun qu’il ne faudra pas manquer.

Pour sa part, l’ex-cinquième Premier ministre du président Wade assure qu’il prendra ses responsabilités en toute indépendance et en harmonie avec ses valeurs, ce, en s’engageant avec humilité mais avec détermination pour la nation. Cette décision de se présenter à la plus haute fonction de la République n’est, selon lui, ni le fruit du hasard, ni l’objet d’une motivation politicienne, « elle est l’expression de mon engagement patriotique avec l’ambition d’aider mon pays et de porter ce besoin de changement que je ressens chez mes compatriotes. »

Mieux, assure-t-il, « je veux conduire cette dynamique de changement en toute liberté, en toute indépendance et n’ayant en but que l’intérêt supérieur du peuple sénégalais ». Cheikh Hadjibou Soumaré dit s’engager pour un Sénégal de dignité et d’espoir où chacun sera en mesure de manger à sa faim, de se loger et de soigner. Il dit aussi s’engager pour un Sénégal où l’Etat garantit la sécurité de nos concitoyens face à la menace terroriste et aux agressions.

Et de marteler : « Je m’engage pour un Sénégal prospère où les fruits de la croissance de notre économie profiteront à tous les Sénégalais. Je m’engage pour l’emploi des jeunes, les forces vives de notre nation. Je m’engage pour la restauration de nos valeurs et pour que la famille sénégalaise, nos familles, soit protégée à cet égard la santé des femmes, des enfants. Je m’engage à protéger et porter assistance à nos braves compatriotes de la Diaspora. L’attente est immense, les défis sont immenses mais avec votre soutien nous allons réussir. Nous allons mobiliser les valeureux enfants de notre pays.

Je lance un appel aux Sénégalais de tout bords, plus particulièrement à ceux qui n’ont jamais milité dans un parti politique, à venir nous rejoindre dans la construction d’un Sénégal nouveau. »

« Il faut arrêter les combats et mettre un terme à la vengeance »

Poursuivant, l’ancien Premier ministre de Wade fait savoir que l’apport de la société civile à la réflexion qu’il a déjà entamée est vivement souhaité pour qu’ensemble, des réponses soient trouvées aux problèmes du peuple sénégalais.

Hadjibou Soumaré en appelle aussi à ceux qui sont attachés à la restauration de la grandeur de notre pays, au renforcement de nos institutions, à la promotion d’un développement équilibré et harmonieux des collectivités locales. A ceux qui croient encore en une gouvernance enfin vertueuse entièrement tournée vers la défense de nos intérêts nationaux, à ceux qui luttent pour l’instauration d’un système éducatif du 21ème, tous les enseignants et tous les acteurs de l’enseignement qui ont la lourde tâche d’éduquer nos enfants, M. Soumaré les rassure qu’ils seront respectés. Il fait aussi appel aux panafricanistes, à tous les militants de l’unité africaine pour bâtir une Afrique unie et prospère.

« J’interpelle le peuple des Assises nationales afin que toutes les conclusions issues de leur cadre soient réexaminées dans un dialogue constructif et consensuel. J’invite les fonctionnaires de mon pays à défendre avec moi notre droit à une administration dépolitisée au service exclusif du citoyen. Je me tourne aussi vers les champions de notre économie pour qu’ensemble, nous trouvions des solutions pour protéger notre tissu économique de la concurrence souvent déloyale et que nous puissions renforcer nos grandes industries en tenant compte de nos engagements.

Nelson Mandela disait que ‘’le nouveau monde ne sera pas construit par ceux qui restent à l’écart les bras croisés mais par ceux qui sont dans l’arène. » Alors, construisons en- semble notre futur, changeons notre destin. Avec vous une nouvelle voie est possible, une nouvelle politique est à la portée. J’y crois fermement avec vos efforts, vos prières, vos encouragements et votre détermination. Dans les prochains jours, j’aurais encore le privilège d’aller à la rencontre des Sénégalais, d’échanger avec eux et partager mes convictions, mes idées, mes engagements », promet le candidat à la prochaine présidentielle. Selon qui le Sénégal est un pays de liberté, de paix et de grandeur.

Un pays qui a joué et sera encore appelé à jouer un rôle majeur dans l’histoire du monde. Il est de notre devoir à tout un chacun d’incarner ce génie sénégalais qui a inspiré la marche de l’Afrique vers le progrès. « Il faut arrêter les combats et mettre à terme à la vengeance », demande M. Soumaré. Avant d’appeler tous les Sénégalais à une politique autrement. Une politique qui rassemble et qui renvoie les gens vers leur culture. « En prélude de cette campagne, je n’insulterais personne et je ne dirais du mal à personne mais je donnerai mon point de vue sur le fonctionnement du pays.

Parce que je fais partie du pays et je sais aussi comment fonctionne un pays », explique-t-il. Revenant sur les rumeurs faisant de lui le plan B du Pds, Hadjibou Soumaré dit respecter beaucoup ce parti et respecter aussi beaucoup son secrétaire général avec qui « j’ai cheminé pour avoir été son ministre du Budget et son Premier ministre. » « Vous savez un parti, soit il a un candidat soit il n’a pas de candidat. Je ne suis le plan B de personne. Le dire même, c’est ne pas respecter ce grand parti qu’est le PDS. Or c’est un parti que je respecte beaucoup.

Cependant, j’en appelle à tous les amis, qu’ils soient du PDS, du PS ou d’autres partis, à venir me rejoindre pour travailler pour le Sénégal. Je ne ferme la porte à personne », a conclu M. Soumaré sous les applaudissements de ses nombreux militants et sympathisants.

Avec la mobilisation monstre d’hier au Grand Théâtre et ce discours de va-t-en guerre qu’on ne lui connaissait pas, lui jadis si lisse et si terne, C’est un nouveau Cheikh Hadjibou Soumaré qui se lance dans la course à la prochaine élection présidentielle.

Le président Macky Sall a donc intérêt à prendre très au sérieux celui qui fut 5ème Premier ministre du président Abdoulaye Wade et 5ème président de la Commission de l’Union économique monétaire Ouest Africaine (UEMOA), né un 1951 et veut devenir le 5ème président de la République… Celui surtout qui avait succédé à la Primature à un certain… Macky Sall. Lui succédera-t-il au sommet de l’Etat ? Dieu seul à la réponse à cette question…

Bassirou DIENG

Jean Louis Verdier – Rédacteur en Chef Digital – Paris- Dubaï – China
dakarecho@gmail.com – Tél (+00) 33 6 17 86 36 34

Articles similaires

Laisser un commentaire