Dakar-Echo

Dr Amadou Gueye Diouf, directeur de l’hôpital de Louga: «En aucun moment, il n’est sorti qu’une césarienne en urgence a été indiquée»

Dr Amadou Gueye Diouf, directeur de l’hôpital de Louga: «En aucun moment, il n’est sorti qu’une césarienne en urgence a été indiquée»

Le directeur de l’hôpital Amadou Sakhir Mbaye de Louga, qui n’a pas voulu donner des éléments du dossier médical de la défunte Astou Sokhna et du rapport fait à la suite de l’accident, s’est limité à parler de la volonté divine et se défend de l’accusation de négligence médicale.

«Il y a un audit du décès qui a été fait. En aucun moment, il n’est sorti qu’une césarienne en urgence a été indiquée contrairement à ce qui est paru dans la presse. Nous avons des obstacles sur le plan juridique. Il y aurait une décision de dépôt de plainte qui a été prise au niveau de la famille. Si elle est déjà prise, la Justice peut entamer la procédure.

Nous respecterions toute décision prise par la famille dans ce sens parce que le Sénégal est un Etat de droit et personne n’est au-dessus de la loi. Ça aussi nous le savons et nous l’acceptons. C’est une situation que personne ne souhaite, que personne n’a souhaitée, mais qui est survenue. Et quand une situation de cette nature survient, il est bon, s’il y a des incompréhensions, que des explications puissent être apportées compte tenu de la nécessité dans laquelle nous nous trouvons de respecter le secret médical.

Même si la personne n’est plus de ce monde, nous n’avons pas le droit d’étaler sur la place publique des éléments la concernant. Tout ce qui a été nécessaire en termes de procédure administrative a été déjà fait ou est en train de l’être par rapport à notre tutelle technique qui est le ministère. Au stade où nous nous trouvons, la loi nous interdit de communiquer là-dessus.

Mais nous sommes là pour exprimer notre compassion publiquement à l’égard du mari de la défunte, à l’égard de toute la famille. Nous avons le devoir, en tant que croyants, d’accepter la décision divine. Ce qui ne nous dédouane pas de la nécessité de faire l’effort de comprendre. Mais aussi, après avoir compris, s’il est avéré qu’il y a des manquements, d’aller dans le sens des mesures correctives».

Propos recueillis par M. F. FALL

Articles similaires

Laisser un commentaire