Dakar-Echo

Donald Trump envoie 1600 migrants en prison

Donald Trump envoie 1600 migrants en prison

Depuis jeudi, 1 600 personnes sont transférées dans cinq prisons fédérales, une première.

La politique migratoire américaine n’en finit pas de se durcir. Depuis jeudi, 1 600 migrants sont en cours de transfert vers des prisons fédérales. Selon l’agence Reuters, qui a révélé l’information, c’est la première fois que les prisons fédérales américaines sont utilisées pour accueillir des immigrants sous un statut qui pourrait être comparé, en France, à celui de la rétention administrative.

En avril, le nombre d’immigrants arrêtés à la frontière avec le Mexique a explosé : 51 000 personnes, contre 16 000 en mars. Secrétaire d’Etat à la Justice, Jeff Sessions avait annoncé le 7 mai une nouvelle « tolérance zéro » pour les clandestins, désormais systématiquement inculpés pour entrée illégale sur le territoire avant même de pouvoir déposer une demande d’asile. Mais sur les 1 600 déplacés hier et ce vendredi, un certain nombre, arrivé avant le mois de mai, serait en attente de leur audience devant les juridictions civiles, y compris pour des demandes d’asile.

Avant Donald Trump, de nombreux immigrants sans casier judiciaire étaient autorisés à vivre librement sur le territoire américain dans l’attente d’une décision les autorisant ou non à rester légalement. Mais il y a quelques semaines, le président américain a mis fin par mémorandum à cette pratique officialisée sous le nom de « catch and release ».

Cinq prisons fédérales ont été choisis pour accueillir les personnes qui n’ont, de fait, pas pu déposer leur demande. Il s’agit de celle de Victorville, en Californie, ainsi que quatre établissements dans l’Arizona, l’Etat de Washington, l’Oregon et le Texas.

Voilà qui devrait renforcer les critiques sur la politique migratoire américaine, depuis les polémiques sur les décrets anti-immigration du président. Mardi, l’ONU s’est inquiété que plusieurs centaines d’enfants de migrants clandestins soient séparés de leurs parents à leur arrivée sur le sol américain. Plusieurs centaines d’enfants ont été séparés de leurs parents à la frontière depuis octobre, y compris un enfant d’un an, selon l’ONU, qui cite des informations de groupes de la société civile américaine.

« Nous sommes profondément préoccupés par le fait que la politique de tolérance zéro récemment mise en place le long de la frontière sud des Etats-Unis a fait en sorte que des personnes prises en flagrant délit d’entrée irrégulière dans le pays fassent l’objet de poursuites pénales et que leurs enfants – y compris des enfants extrêmement jeunes – leur soient retirés », a déclaré mardi une porte-parole du Haut-Commissariat de l’ONU aux droits de l’Homme.

L’ambassadrice des Etats-Unis à l’ONU, Nikki Haley, a répliqué en accusant le Haut-Commissariat d’ « hypocrisie » car « il critique les Etats-Unis alors qu’il ferme les yeux sur le passif répréhensible en termes de droits de l’Homme de plusieurs membres de son propre conseil des droits de l’Homme ».

Donald Trump, lui, a accusé l’opposition démocrate de cette situation. « La séparation des familles à la Frontière est la faute des mauvaises lois passées par les Démocrates. Les lois sur la Sécurité à la Frontière devraient être changées mais les Démocrates n’y arrivent pas ! », a-t-il reproché sur Twitter. Jeff Sessions, lui, a jugé que ces parents venaient avec leurs enfants « de manière imprudente ».

Articles similaires

Laisser un commentaire