Dakar-Echo

Diallo Diop concernant l’interdiction de manifester: Macky a suspendu la constitution

dialo-diopBloqué de tout bord, par le pouvoir, dans sa volonté de contrecarrer le 15ième Sommet de la Francophonie, tenu à Dakar les 29 et 30 novembre, le Front contre le Sommet de la Francophonie a fustigé la privation de l’exercice d’un droit constitutionnel par les autorités.

En conférence de presse hier, lundi 1er décembre, le Dr Dialo Diop, membre dudit front, a estimé que le message du front a pu passer contre vents et marées. Le patron du RND a par ailleurs invité François Hollande à ouvrir une procédure de révision du procès du massacre de Thiaroye, s’il y a une certaine sincérité dans sa volonté exprimée de réparer l’injustice.

Interdiction de la marche pacifique programmée à Dakar, refus de la tenue du concert à la place de l’Obélisque, inhibition à la dernière minute de la conférence scientifique à l’Université Cheikh Anta Diop, dispersion du colloque contre le Sommet de la Francophonie, tenu pourtant dans un lieu privé (Fondation Rosa Luxemburg).

Tout y est passé pour étouffer les activités prévues par le Front contre le Sommet de la Francophonie, qui avait pour objet de contrecarrer le 15ième Sommet de la Francophonie, tenu à Dakar les 29 et 30 novembre derniers.

Pour autant, les membres dudit front ont fustigé, en conférence de presse organisée hier, lundi 1er décembre, «l’oppression de la liberté d’expression, de la liberté de manifestation pacifique».

Le secrétaire général du Rassemblement national démocratique (RND), Dialo Diop, non moins membre dudit front, a pointé pour sa part un doigt accusateur sur le président de la République. Selon lui, «le Président Macky Sall nous a privé de l’exercice d’un droit constitutionnel».

A l’en croire, «il (Macky Sall) a de facto suspendu la Constitution, même si c’est pour quarante huit heures. Ce que personne n’a le droit de faire, surtout pas celui qui se présente comme le gardien de la Constitution».

Au delà, le secrétaire général du parti héritier de Cheikh Anta Diop a tiré un bilan satisfaisant du Contre Sommet de la Francophonie. Pour lui, le pouvoir en place «s’est donné beaucoup de mal pour un bien piètre résultat».

Pour cause, dira-t-il, «ils n’ont pas pu étouffer notre voix, car nous avons pu nous faire entendre de l’opinion et notre message a pu passer». Toutefois, le Dr Diop a tenu à indiquer que «la lutte continue», non sans préciser que le Front va évaluer les résultats de ses actions, sur la base de l’impact eu sur l’opinion nationale et africaine.

Par ailleurs, se prononçant sur le massacre de Thiaroye 44, le Dr Dialo Diop a fait savoir qu’il n’est pas question d’oublier cet événement tragique, même si le pardon est possible.

Dans la dynamique, il a invité le Président français, François Hollande, à «ouvrir une procédure de révision du procès du massacre de Thiaroye, s’il est sincère dans sa volonté de réparer l’injustice, comme il le dit». Mieux, il a estimé qu’il faut «vérifier s’il (Hollande) nous a restitué l’intégralité de nos archives, aussi bien administratives, judiciaires, civiles et militaires».

Digital Manager – Chef de projet chez Alixcom Dakar |
E-mail: saliou@dakar-echo.com | +221 77 962 92 15

Articles similaires

Laisser un commentaire