Dakar-Echo

Des policières engagées en short au Liban pour l’été font polémique

Des policières engagées en short au Liban pour l’été font polémique

Le maire de la ville chrétienne de Broummana espère ainsi dynamiser le village et attirer les touristes pour la saison estivale…

Le village de Broummana au Liban a embauché un groupe de jeunes femmes comme officières de police auxiliaires pour l’été et les a toutes habillées en shorts, rapporte la BBC.

L’ensemble de ces jeunes femmes a la vingtaine et a été embauché par la ville au moyen de petits contrats d’été. L’uniforme imposé par le maire du village, Pierre Achkar est composé d’un short noir moulant, d’un t-shirt, de baskets blanches et d’un béret rouge. Les cinq nouvelles recrues occupent le poste d’auxiliaire de circulation. « Ça pourrait être sexy pour certaines personnes et ordinaire pour d’autres, cela dépend de l’éducation », a commenté l’élu auprès de la chaîne britannique. Le maire libanais a élaboré tout un plan de marchéage pour « faire venir les médias internationaux et les locaux [ainsi que] les touristes à Broummana ».

Sexisme et discrimination
Sur les réseaux sociaux et dans la presse nationale, l’initiative de Pierre Achkar fait débat. Les Libanais s’interrogent sur l’image « moderne » que souhaite renvoyer le village surplombant la capitale, rapporte The Independent. Certains accordent à cet uniforme un caractère discriminatoire et sexiste car les homologues masculins des vacataires sont vêtus de manière classique avec un gilet jaune et un pantalon sobre. Mais d’autres saluent le geste du maire et se réjouissent : « c’est une idée superbe et c’est agréable de voir de belles femmes ! », a par exemple clamé un sexagénaire.

« Nous sommes un pays libre »
Pierre Achkar n’y voit rien de déplacé ni de choquant il soutient que : « C’est joli et les gens aiment la beauté. Vous voudriez qu’elles soient moches ? », a-t-il questionné de manière rhétorique. L’élu considère que le monde évolue et que son village à majorité de confession chrétienne doit suivre : « à un moment donné les jeans étaient vulgaires. Les femmes sont libres : sexy ou pas, nous sommes un pays libre ».

Jean Louis Verdier – Rédacteur en Chef Digital – Paris- Dubaï – China
dakarecho@gmail.com – Tél (+00) 33 6 17 86 36 34

Articles similaires

Laisser un commentaire