Dakar-Echo

Dépollution baie de Hann: Les rejets industriels non prétraités compliquent la tâche

baie-de-hannLa dépollution de la baie de Hann reste encore parmi les préoccupations du gouvernement. En effet, malgré tous les efforts fournis jusqu’ici, la situation continue d’inquiéter à cause du non respect des normes de rejets par des industriels. Le sujet a été soulevé hier jeudi 22 janvier au cours d’un atelier à Dakar sur «Prétraitement des Effluents Industriels».

La question de la dépollution de la baie de Hann est restée pendant très longtemps une équation pour les gouvernants sénégalais qui n’arrivent toujours pas à la solutionner. En effet, malgré toutes les démarches faites jusqu’ici, la gestion de cette plage pose encore un problème, le sujet restant alors au cœur des préoccupations de l’Etat.

C’est dans cette perspective qu’un atelier de réflexion sur «Prétraitement des effluents industriels» est organisé hier, jeudi 22 janvier à Dakar en perspective de la réalisation du projet de dépollution de la baie de Hann.

Le directeur général de l’Office national de l’assainissement du Sénégal (ONAS), Alioune Badara Diop, explique alors que la difficulté pour résoudre ce problème réside dans le fait que des entreprises ne respectent pas en général les normes de rejet.

«Sur toutes les entreprises qui sont le long de la baie, seules deux respectent actuellement les normes de rejet. Donc la préoccupation majeure des industriels est qu’ils ne maitrisent pas les techniques utilisées pour ça», a-t-il affirmé.

D’ailleurs, explique-t-il, c’est toute l’importance de cette rencontre qui permet d’échanger sur des procédés et des techniques pour les prétraitements des effluent industriels avant de les rejeter dans le réseau d’assainissement qui sera réalisé.

Et, concernant ce réseau d’assainissement, les études techniques sociales et environnementales sont très en avance. Mieux, dit-il, l’ONAS a mis en place une unité de gestion du projet de dépollution de la baie de Hann qui est composée, entre autres, de spécialistes en assainissement industriel et d’une spécialiste en communication qui travaille actuellement avec les entreprises.

Cependant, précise M. Diop, il y a la problématique avec les entreprises qu’il faudrait mentionner. Et, cette dernière n’est pas liée à l’information mais il concerne plutôt le financement et la maitrise des techniques de traitement de prétraitement.

Le responsable de l’ONAS a expliqué aussi que pour la Station d’épuration qui sera mis en place il y a des normes de rejet à respecter avant que les déchets n’arrivent au niveau des stations, ce pour faciliter le travail.

A noter que l’Etat va mettre 8 milliards pour le raccordement domiciliaire, les réseaux secondaires et qu’aujourd’hui les impasses sont en train d’être évaluées. Mais retenir aussi que ce projet a été signé depuis 2009 entre l’Etat du Sénégal, l’Agence Française de Développement et la Banque Européenne d’Investissement.

Jean Louis Verdier – Rédacteur en Chef Digital – Paris- Dubaï – China
dakarecho@gmail.com – Tél (+00) 33 6 17 86 36 34

Articles similaires

Laisser un commentaire