Dakar-Echo

Découverte en Colombie d’un requin à dents plates de 135 millions d’années

Découverte en Colombie d’un requin à dents plates de 135 millions d’années

Une espèce de requin à dents plates, vivant il y a des millions d’années, a été identifiée pour la première fois dans le nord-est de la Colombie grâce à l’analyse de nombreux fossiles, a indiqué à l’AFP l’un des chercheurs chargé de cette découverte.

Ces fossiles de l’espèce baptisée «Strophodus rebecae» ont été découverts à Zapatoca, à environ 250 km au nord de Bogota.

Les études révèlent qu’il vivait il y a 135 millions d’années dans cette partie alors immergée du continent sud-américain. Il mesurait entre quatre et cinq mètres de longueur et avait des dents semblables à des dominos, qui servaient à écraser la nourriture plutôt qu’à couper et à déchirer comme pour les requins actuels aux dents acérées, selon les paléontologues.

Edwin Cadena, de l’université de Rosario à Bogota, et Jorge Carrillo, de l’université de Zurich en Suisse, ont travaillé pendant près de dix ans dans la région sur cette découverte.

«Il existe de nombreux individus, des fossiles trouvés à différents endroits de la région de Zapatoca, dont nous sommes sûrs qu’ils appartiennent à la même espèce», a expliqué Edwin Cadena.

Des strophodus dans l’hémisphère sud
Il s’agit également de la première trace d’un poisson de la famille des Strophodus dans l’hémisphère sud de la planète, appelée Gondwana, qui était alors composée de l’Amérique du Sud, de l’Afrique, de l’Australie, de l’Inde et de l’Antarctique.

«Il existe des traces du même genre en Amérique du Nord et en Europe, en particulier en Allemagne et en Suisse (…) mais ce sont les premières de tout ce groupe de requins pour la partie sud de la planète à cette époque», a détaillé l’universitaire.

Dans la mer de l’époque, «ces requins avaient très probablement un rôle écologique important car, avec leurs dents, ils pouvaient écraser des proies telles que des poissons, mais aussi des invertébrés et, en même temps, servir de proie aux grands reptiles qui se trouvaient dans cet environnement, générant ainsi un contrôle écologique de l’écosystème», toujours selon Edwin Cadena.

Les fossiles appartiennent à la collection paléontologique de l’université de Rosario. Un musée pour leur exposition est en cours de construction à Zapatoca. La revue scientifique PeerJ a publié l’étude colombienne.

Edwin Cadena a découvert en 2020 les premiers fossiles d’un ptérosaure dans le pays, des reptiles volants de l’ère Mésozoïque (entre 251 millions et 65,5 millions d’années avant JC) rendus célèbres par le film Jurassic Park.

Articles similaires

Laisser un commentaire