Dakar-Echo

Dakar n’est pas Charlie

marche_anti_charlie_1Des centaines voire milliers de fidèles musulmans ont hier, vendredi 22 janvier, manifesté leur indignation après la caricature du Prophète Mohamad (Psl) par le journal satirique français Charlie Hebdo.

La démarche lente, la main pointée en direction du ciel, Mame Khady Thiam, la soixantaine dépassée suit difficilement la cohue très excitée qui, en quelques minutes, a «avalé» la distance qui sépare la Radio télévision sénégalaise (Rts) de la place de l’Obélisque.

Même affaiblie par une maladie, la dame affirme n’avoir pas été insensible à l’appel du collectif des associations musulmanes qui, hier, vendredi 23 janvier, a organisé une marche pour dénoncer les caricatures du Prophète Mohamad (Psl) par le journal satirique français Charlie Hebdo. «Je suis blessée dans ma chair.

Le Prophète Mouhamed est la meilleure créature et la raison d’être de tout musulman. Par conséquent personne ne doit accepter qu’il soit caricaturé», affirme-t-elle au milieu du vacarme de la foule.

Annoncé comme une marche, la rencontre était plus «une course contre Charlie», tellement l’euphorie était grande. Des jeunes sans doute, emportés par l’émotion prient sur la route goudronnée au mépris de la poussière et des nombreuses voitures qui, souvent, par des coups de klaxons, expriment leur soutien aux marcheurs.

D’autres par des cris au rythme des «la-ilaha illallah Seydina Mohamad Rassoullah», rappellent la grandeur du Messager de Dieu, le Sceau des Prophète (Psl).

Les manifestants qui ont pris d’assaut les allées du centenaire, après la grande prière du vendredi, ont usé de tous les moyens pour se faire entendre. Si ce n’est les cris, ce sont des banderoles et des affiches qui ont porté le message des fidèles musulmans.

Un petit papier sur lequel est griffonné «Mohamad est ma vie» entre les mains, Adja Safietou Ly, une vielle dame de 70 ans lance: «le plus beau jour de ma vie, c’est lorsque j’ai visité le mausolée du Prophète (Psl) à Médine. Aujourd’hui, il est attaqué. Ma foi m’interdit de rester à la maison. Je ne pouvais en aucun cas rater la marche».

Des affiches sur lesquelles on peut lire, entre autres, «Je ne suis pas Charlie», «Je ne serais jamais Charlie», «J’aime Mohamad», etc. sont brandies par un groupe de jeunes exaltés et déterminés à se faire entendre. A la grande mosquée de Dakar, lieu d’arrivée des manifestants, les fidèles y ont aussi laissé éclater leur colère.

Des jeunes filles en pleurs, prient le Créateur de punir ceux qui ont osé faire une représentation du Prophète. A côté d’elles, Samba Ndiaye, chapelet à la main s’emporte. «Nous croyons à notre religion. Nous n’avons que le Prophète (Psl). On ne doit pas accepter qu’il soit réduit à des dessins qui ne sont d’ailleurs pas jolies à voir».

Me OUMAR YOUM, MINISTRE DE L’AMENAGEMENT DU TERRITOIRE, PORTE PAROLE DU GOUVERNEMENT : «Le Prophète Mohamad (Psl) est indigne d’être caricaturé»
«Le Prophète (Psl) est indigne d’être caricaturé. La liberté d’expression n’exclue pas le respect et la considération de la foi des autres.

La liberté d’expression ne peut pas tout permettre», a affirmé le ministre El hadji Oumar Youm, venu représenter le gouvernement à la marche de protestation contre la caricature du Prophète (Psl).

De l’avis du ministre de l’Aménagement du territoire et des Collectivité locales, Porte-parole du gouvernement, ceux qui commettent des crimes au nom de la religion musulmane, ne visent qu’à ternir l’image des milliards de personnes qui croient aux enseignements du Prophète Mohamad (Psl).

El hadji Oumar Youm juge, en outre, que le déplacement du président Macky Sall à Paris doit être compris. Car il vise, dit-il, à soutenir la France, mais ne cautionne nullement les attaques de Charlie Hebdo.
A signaler que, l’allocution du ministre El Hadji Oumar Youm a été ponctuée de huées des manifestants hostiles à sa présence. Pour eux, la présence du Porte-parole du gouvernement n’est guidée que par des intérêts politiques.

CHERIF MBALLO, RESPONSABLE DE PLANIFICATION DU COLLECTIF : «Il faut un débat sur la laïcité au Sénégal»
«C’est aux Sénégalais qui ont voté la Constitution de revoir ce qu’ils ont fait. Car ils ont voté quelque chose qu’ils n’ont pas compris.

C’est cette même laïcité qui a permis à Charlie Hebdo de caricaturer le Prophète Mohamad (Psl)», a dit le responsable de la planification du Collectif des organisations musulmanes, Chérif Mballo.

Il répond ainsi à ceux qui désapprouvent la participation du président Macky Sall à la marche de soutien aux victimes de l’attaque contre Charlie Hebdo. «Le président Macky Sall a été conséquent avec sa personne. Les lois qui fondent la Constitution sénégalaise sont inspirées de la laïcité. Alors que cette laïcité est inspirée du droit français», a-t-il dit.

Par ailleurs, Cherif Mballo trouve que le débat suscité par la participation du président Macky Sall est sans intérêt d’autant plus que le concerné s’est indigné de la récidive du journal satirique.

Fatou NDIAYE 

Jean Louis Verdier- Bloggeur- Rédacteur en chef Digital -Paris
E-mail: dakarecho@gmail.com Tél (+00) 33 7 51 10 29 13

Articles similaires

Laisser un commentaire