Dakar-Echo

Crash d’Ethiopian Airlines : «Des conséquences monumentales» pour Boeing

Crash d’Ethiopian Airlines : «Des conséquences monumentales» pour Boeing

L’avionneur américain a vu son cours de Bourse chuter ce lundi et redoute des annulations de commandes pour son best-seller, le 737 Max 8.

Boeing rentre dans une grosse zone de turbulence après le crash dimanche d’un 737 Max 8 appartenant à Ethiopian Airlines, et qui a fait 157 morts. Au-delà de la catastrophe même, ce nouvel accident, survenu sur une version modernisée du best-seller 737, biréacteurs et mono couloir, pourrait avoir « des conséquences monumentales pour l’avionneur américain », selon Matthieu Lemasson, associé en charge des activités aéronautiques, spatiales et de défense chez PwC France et Afrique francophone.

« Cela dépendra évidemment des résultats de l’enquête, explique-t-il. Mais si des défaillances techniques ou de formation chez les pilotes sont avérées, ce sera dramatique économiquement pour Boeing. » Et l’expert de rappeler qu’un modèle équivalent de la compagnie Lion Air s’était déjà écrasé quelques minutes après son décollage le 29 octobre dernier, au large de l’Indonésie, faisant 189 morts.

Boeing a jusqu’à présent livré 76 modèles 737 Max 8 à des compagnies aériennes chinoises. Le pays représente un cinquième des livraisons mondiales de ce modèle. Le constructeur américain a au total enregistré 5 011 commandes à travers le monde pour cet avion. Soit un carnet de commandes équivalent à plus de sept ans de production au rythme actuel.

Interdits de vol par certaines compagnies
Sauf qu’Ethiopian Airlines a cloué au sol les quatre autres 737 Max qu’elle possède. La Chine et l’Indonésie ont également interdit de vol leurs Boeing 737 Max 8. Tout comme la Corée du Sud, pour les deux appareils de la compagnie locale low-cost Eastar Jet. Quant à Malaysia Airlines, dont les appareils doivent être livrés en 2020, elle a demandé à Boeing de disposer « de plus de détails techniques ».

Dans l’attente des résultats de l’enquête, d’autres compagnies aériennes, dont FlyDubai, Norwegian, Icelandair, Southwest, American Airlines et Air Canada, ont de leur côté décidé de continuer à faire voler leurs propres appareils.

« À terme, toutes les ventes déjà réalisées mais pas encore livrées, notamment celles avec option d’achat, pourraient se voir annulées, alerte Matthieu Lemasson. Cela peut concerner plusieurs milliers d’appareils. Les équipes de Boeing, qu’elles soient en charge du design, de l’après-vente ou même du juridique, seront mobilisées. »

L’impact peut également toucher les sous-traitants et, avec eux, leurs fournisseurs. « Soit toute la chaîne de commande, reprend l’associé de PwC, qui s’est considérablement complexifiée ces dernières années, rendant l’identification des responsables en cas de problème extrêmement compliquée. »

L’équipementier français Safran chute
Des critiques pourraient également porter sur la précipitation dont aurait pu faire preuve Boeing pour sortir le plus rapidement possible le 737 Max 8, face à son concurrent, l’A320 Neo d’Airbus. Ce modèle n’était effectivement pas prévu à l’origine dans le catalogue de Boeing et seulement sept années ont été nécessaires pour le commercialiser, contre une dizaine d’années d’habitude. Un délai trop court ?

Ethiopian Airlines, première compagnie africaine et qui a investi massivement ces dernières années, craint également d’être fragilisée par la catastrophe. La compagnie enregistre d’ailleurs déjà de nombreuses annulations.

L’impact sur l’action de Boeing a en tout cas été immédiat : à Wall Street ce lundi, le titre reculait de plus de 10 % (378 dollars), à son plus bas niveau depuis fin janvier, et plus forte baisse pour l’avionneur américain depuis 2001. Elle a entraîné dans son sillage le Dow Jones, l’indice vedette de la Bourse de New York.

Autre conséquence : l’équipementier aéronautique français Safran a chuté ce lundi, lui, de 2,5 % à la Bourse à Paris. Le groupe fournit les moteurs de l’avion impliqué dans la catastrophe. Enfin, un détail qui en dit long : Boeing a décidé de reporter la cérémonie de présentation officielle de la nouvelle version de son long-courrier, le 777X, initialement prévue mercredi.

Articles similaires

Laisser un commentaire