Dakar-Echo

Coup d’envoi à Dakar, du 13e « Dak’Art », rendez-vous majeur de l’art contemporain africain

Coup d’envoi à Dakar, du 13e « Dak’Art », rendez-vous majeur de l’art contemporain africain

La treizième édition du Dak’Art, une des plus importantes manifestations de l’art africain contemporain, organisée tous les deux ans au Sénégal, a été lancée le 3 mai au soir. Elle rassemblera plusieurs centaines d’artistes et professionnels des arts durant un mois.

La première édition de Dak’Art a été organisée en 1992, après une rencontre dédiée deux ans auparavant aux lettres. Cette année la Biennale de Dakar en est à sa 13e édition et se tient jusqu’au 2 juin.
Le Dak’Art « In » et le « Off »

L’exposition internationale « Une Nouvelle Humanité » accueillera des oeuvres de 75 artistes venus de 33 pays. Elle a pour thème « l’Heure rouge », expression tirée d’une pièce d’Aimé Césaire, « Et les chiens se taisaient », qui parle d’émancipation et de liberté.

La Tunisie et le Rwanda sont les pays invités d’honneur du festival « In » de cette édition 2018. Le festival « off » accueillera pour sa part quelque 300 événements dans de nombreux lieux de Dakar (galeries, espaces publics, hôtels) et sur l’ensemble du pays.

Le Dak’Art sera ponctué de rencontres et d’échanges sur le thème de l’art contemporain africain, de manifestations pour la jeunesse et d’un nombre incalculable de vernissages.

Faire connaître davantage l’art contemporain africain
« Faisons de Dakar cette capitale de réflexion stratégique et de développement des productions artistiques du continent. Amorçons ensemble un nouveau tournant de notre histoire », a lancé lors d’une cérémonie d’ouverture au Grand Théâtre de Dakar le président du comité d’orientation de la Biennale, Baidy Agne. « L’Heure rouge est perçue comme le moment de l’accomplissement, le moment de l’éveil. Une Afrique nouvelle, l’Afrique la réclame », a-t-il ajouté.

S’il est déjà parvenu à se faire une réputation dans les catalogues des ventes aux enchères et les galeries des pays riches, l’art contemporain africain peine encore à trouver sa place auprès des collectionneurs et du public de son continent d’origine.

Le président sénégalais Macky Sall y a fait allusion lors de son discours d’inauguration. « La visibilité de la création contemporaine s’est améliorée au regard d’indicateurs comme le chiffre d’affaire, le prix moyen d’une oeuvre, le nombre d’expositions, le niveau de reconnaissance », a-t-il relevé. Très probable candidat à un second mandat lors de la présidentielle de février 2019, Macky Sall a annoncé que l’aide de l’Etat à Dak’Art avait été portée de 500 millions à un milliard de francs CFA (soit de plus de 750.000 euros à 1,5 million d’euros).

Hommage à Ousmane Sow
L’édition 2018 sera l’occasion d’un hommage à l’une des plus grandes figures du Sénégal dans le domaine de l’art, le sculpteur Ousmane Sow, décédé à l’âge de 81 ans en décembre 2016.

La maison de l’artiste connu pour ses sculptures monumentales de guerriers qui ont fait le tour du monde, située dans la banlieue de Dakar, sera ouverte au public à partir de samedi.

Jean Louis Verdier- Bloggeur- Rédacteur en chef Digital -Paris
E-mail: dakarecho@gmail.com Tél (+00) 33 7 51 10 29 13

Articles similaires

Laisser un commentaire