Dakar-Echo

Constitution de SA Dahlia Ltd et Dahlia S.A: BIBO défie Bara Tall et brandit ses preuves

Bara-TallAppelé à la barre de la Cour de répression de l’enrichissement illicite (CREI) pour sa deuxième journée d’audition, Ibrahim Khalil Bourgi a réfuté une partie de la déposition de Bara Tall au sujet des sociétés Dahlia. Devant la barre, le témoin clé dans le procès de Karim et cie a estimé détenir des preuves de ce qu’il dit.

Autres sociétés sur laquelle la Cour s’est appesantie, lors de ce deuxième face à face avec Bibo Bourgi : Dahlia Limited et sa filiale Dahlia Sa, spécialisées dans l’immobilier. Interpelé sur l’attribution du bail pour exploitation du terrain sur la corniche à Dahlia Sa en lieu et place de Dahlia Limited qui est à l’origine de la demande du dépôt officiel des documents de demande d’attribution, quatre ans auparavant, Bibo n’a pas voulu s’attarder sur le sujet, comme pour les sociétés Abs.

«La seule réponse que je pourrais vous donner est celle d’un homme qui n’est pas juriste qui n’a malheureusement pas d’avocats à côté de lui. L’avis favorable a été donné à Dahlia Limited. Je vous l’avais expliqué. La demande qui a été faite l’a été en 2000. Il n’y a pas eu intervention de ma part dans la signature du bail. Moi, je n’ai pas fait de demande, il faudra demander à l’administration».

Mis par ailleurs sur la sellette relativement à ses contradictions concernant sa version et certains passages des déclarations de Bara Tall, lors de son audition concernant les conditions de la constitution de cette société, Bibo Bourgi a indiqué que, contrairement à Bara Tall, il détient les preuves de ce qu’il avance.

«Moi, j’ai des preuves qui démontrent que les travaux sur ce terrain n’ont pas commencé avant le mois de septembre. Je ne pense pas que Bara l’ait fait pour me faire du mal. Je pense seulement qu’il s’est trompé de date». Selon lui, la société Dahlia Sa a été créée pour formaliser les accords avec Bara Tall. «Elle a été constituée chez Me Patricia L Diop. Souleymane Sy, son directeur général était chargé des formalités administratives et Bara Tall de la réalisation des ouvrages.

«MON FRERE NE FAIT L’OBJET D’AUCUNE CONVOCATION…»
Bibo a indiqué en outre hier que son jeune frère est bien au courant des poursuites engagées contre lui par la Crei. Répondant à une interpellation du substitut du procureur spécial prés la Crei qui lui demandait s’il connaissait le lieu où Karim Aboukhalil Bourgi se trouve en ce moment, Bibo Bourgi a répondu à la Cour que son frère est présentement au chevet de leur papa souffrant au Liban.

«Mon frère a été entendu par la section de recherches. On lui a demandé de rentrer chez lui. Depuis lors, il n’a fait objet d’aucune convocation déposée à son nom. C’est ainsi qu’il est parti au Liban au chevet de notre père qui vit seul depuis le décès de ma mère, malgré son âge avancé. Quelqu’un devait rester aux côtés de mon père, il y a eu un arbitrage à faire d’un fils par rapport à son père».

Relation entre ABS SA et ABS CORPORATE: Bibo maintient le flou

Appelé hier, jeudi 29 janvier, à la barre pour sa deuxième comparution dans le cadre du procès opposant Karim Wade à la Crei, Ibrahim Khalil Bourgi dit Bibo n’a pas varié dans ses déclarations. Interpelé sur la relation entre les sociétés ABS Sa (Aéroport Bus Services) et ABS Corporate, il s’est contenté de répéter les mêmes déclarations tenues devant la Cour, la veille.

Le procès à la Crei s’est poursuivi hier encore, jeudi, devant cette juridiction. A la barre, Ibrahim Khalil Bourgi dit Bibo, principal co-accusé de Wade fils, n’a pas varié dans ses déclarations concernant la relation entre les sociétés ABS Sa (Aéroport Bus Services) et ABS Corporate évoluant dans le domaine du Handling.

Interpelé tour à tour par le président de la Cour, Henri Grégoire Diop, et par le substitut du procureur spécial, Félix Antoine Diome, sur le transfert du contrat d’exclusivité de vente des bus de transport des passagers à l’aéroport (Cobus), de la société Contract entre la société de Alioune Samba Diassé, ABS Sa (Aéroport Bus Services) et sa société ABS Corporate sans personnel, moyennant une simple promesse de 50 % des actions ABS Corporate, Bibo est resté ferme.

Confirmant que c’est lui-même qui payait par virement les indemnités mensuelles de déplacement du directeur général d’ABS Sa, Alioune Samba Diassé, à hauteur de 1500 euros.

Ibrahima Khalil Bourgi a également déclaré à la barre que c’est Alioune Samba Diassé qui lui a proposé cette collaboration parce qu’il s’est rendu compte qu’il ne pouvait pas atteindre le nombre précis de ventes de bus convenu pour ne pas perdre l’exclusivité.

Selon lui, c’est en ce sens que Diassé a fait ce partenariat avec ABS Corporate qui, en retour, a contracté avec la société Contract qui devait mettre contre rémunération, à la disposition d’ABS Corporate, le personnel pour la maintenance et l’entretien des bus. «ABS Corporate a utilisé les techniciens de Contract, dans le cadre de l’entretien. Tandis que l’assistance a été fournie à ABS SA».

Nando Cabral GOMIS

Jean Louis Verdier- Bloggeur- Rédacteur en chef Digital -Paris
E-mail: dakarecho@gmail.com Tél (+00) 33 7 51 10 29 13

Articles similaires

Laisser un commentaire