Dakar-Echo

Connaissez vous Rusameekae, le thaïlando-sénégalais noir le plus célèbre du royaume ?

Connaissez vous Rusameekae, le thaïlando-sénégalais noir le plus célèbre du royaume ?

Sur la chaine 3, ses apparitions font un tabac. L’acteur et vedette du petit écran Rusameekae, d’origine sénégalaise, revendique avec élégance son homosexualité.

Aujourd’hui, à 33 ans, l’animateur n’hésite plus à parler de son expérience d’enfant noir et gay comme il l’a fait récemment lors d’un échange avec le site Khao Sod English, dont nous vous recommandons la lecture.

« Nous vivons la vie avec cette contrariété avec quelque chose dont nous ne sommes pas responsables. Les gens en Thaïlande voient la peau noire et disent : « ne soyez pas noir, ne soyez pas noir », a-t-il dit. « Je leur réponds: vous n’avez pas le droit de considérer les Noirs comme mauvais ».

Des ancêtres sénégalais, thaïlandais et américains
Rusameekae, qui a des ancêtres sénégalais, thaïlandais et américains, est un animateur de talk-show et un acteur né à Chiang Rai et qui a grandi en Thaïlande et en Suède. En juin 2019, il a épousé son petit ami de longue date en Suède.

Les parents de son côté thaïlandais comparaient et favorisaient délibérément sa sœur suédoise blanche par rapport à lui, tandis que les professeurs lui inventaient des surnoms que toute la classe utilisait.

Une des insultes mémorables dont il a été victime est « la graine de coton » (สำลีเม็ดใน), un dicton thaïlandais faisant référence à la peau noire, en particulier chez les personnes à la peau claire – tout comme une graine de coton dans une boule de coton.

« Ces mots viennent tous des adultes. Il n’est pas possible que les enfants les connaissent par eux-mêmes. Les enfants jouent les uns avec les autres et s’aiment », a déclaré Mme Rusameekae. « Ce sont les adultes qui leur apprennent ces mots. »

Comme la plupart des artistes LGBT, le métier principal de M. Rusameekae consiste à jouer des rôles comiques ou burlesques ou à animer des émissions de variétés. Lorsqu’on lui demande s’il a l’impression d’avoir été catalogué, il répond le contraire.

« Être comédien est difficile et c’est une compétence en soi », a déclaré M. Rusameekae.

«J’ai grandi avec Beyonce, Rihanna»
Rusameekae s’habille en feuilles pour faire de la publicité pour un magasin d’aliments naturels. Il se qualifie également de « King Kong thaïlandais » – alors que les Occidentaux peuvent trouver que comparer les noirs aux singes est offensant, Rusameekae dit qu’il en a retrouvé le sens pour se donner du pouvoir. « Certaines personnes m’ont demandé si je m’intimidais en m’appelant comme ça », a déclaré M. Rusameekae. « En fait, j’ai l’impression que ça me va parce que je suis grand et fort, et les King Kong sont mignons à leur façon. »

Pourtant, il dit avoir été confronté à beaucoup moins de racisme que le premier artiste thaïlandais à moitié noir, Morris K, lorsque les artistes noirs sont devenus populaires.

« J’ai vécu la version douce, contrairement à Morris », dit Rusameekae. « J’ai grandi avec Beyonce, Rihanna. Je peux survivre maintenant. »

Retrouvez l’intégralité de cette rencontre sur le site Khaosod English.

Articles similaires

Laisser un commentaire