Dakar-Echo

Combats acharnés entre Kurdes et jihadistes, 136 morts en 4 jours

Combats acharnés entre Kurdes et jihadistes, 136 morts en 4 jours

Pour le quatrième jour consécutif, des combats entre jihadistes et forces kurdes soutenues par la coalition internationale ont continué de faire rage dimanche dans le nord-est de la Syrie avec un bilan alourdi à plus de 136 morts.

Déclenchés jeudi soir par un assaut majeur du groupe jihadiste Etat islamique (EI) contre la prison de Ghwayran, l’une des plus grandes abritant des jihadistes dans la Syrie en guerre, les affrontements ont poussé à la fuite des milliers de civils dans un froid glacial.

Les combats avaient baissé d’intensité dimanche soir mais des craintes ont émergé sur le sort de centaines d’enfants à l’intérieur de la prison, où des jihadistes résistent encore face aux Forces démocratiques syriennes (FDS).

Jeudi soir, l’assaut avait été lancé par une centaine de combattants de l’EI pour libérer les jihadistes détenus dans cette prison de la région de Hassaké, sous contrôle kurde.

L’attaque est la plus importante revendiquée par l’EI depuis sa défaite il y a près de trois ans en Syrie face aux FDS, dominées par les forces kurdes et soutenues par la coalition internationale antijihadistes dirigée par les Etats-Unis.

Selon l’Observatoire syrien des droits de l’Homme (OSDH), « 84 jihadistes et 45 combattants kurdes ont été tués » en quatre jours, de même que « sept civils » dans ces combats qui ont lieu dans la prison et aux alentours.

Une centaine d’évadés ont pu être rattrapés par les forces kurdes mais un nombre indéterminé serait encore en fuite, selon l’OSDH.

Les FDS ont affirmé dans un communiqué en fin de journée que « les combattants de l’EI se trouvant dans l’enceinte de la prison ne pouvaient plus s’échapper », leurs forces ayant bouclé le secteur.

La coalition a elle indiqué que « les FDS avaient jugulé la menace », grâce à ses frappes contre les combattants de l’EI opérant depuis des immeubles du secteur.

Enfants en danger
Dans la soirée, les FDS ont toutefois indiqué que des jihadistes s’étaient enfermés dans un dortoir de la prison abritant des centaines d’enfants –détenus pour leurs liens présumés avec l’EI.

Les détenus mineurs sont utilisés comme « boucliers humains », accusent dans ce nouveau communiqué les FDS, qui ont prévenu qu’elles tiendraient « les terroristes responsables si les enfants sont blessés ».

L’agence des Nations unies pour l’enfance (Unicef) s’est inquiétée de leur sort, appelant dimanche à protéger 850 enfants détenus à Ghwayran.

« Alors que les combats se poursuivent, le risque pour les enfants d’être blessés ou recrutés de force augmente », a alerté l’Unicef, appelant à leur libération immédiate.

Les combats ont déclenché un exode de milliers de civils dans les environs de la prison.

Les jihadistes « entrent dans les maisons et tuent des gens », a raconté à l’AFP un habitant fuyant à pied.

« C’est un miracle que nous ayons pu sortir vivants », a-t-il dit, portant un enfant enfoui dans une couverture en laine.

Hamcha Sweidan, une femme de 80 ans qui s’est aussi enfuie, a affirmé: « nous allions mourir de faim et de soif » mais « maintenant nous ne savons pas où aller ».

« Retrouver sa force »
Selon Nicholas Heras, du Newlines Institute à Washington, « les évasions de prison représentent la meilleure opportunité pour l’EI de retrouver sa force et la prison de Ghwayran est une bonne cible car elle est surpeuplée ».

Mais pour la coalition antijihadistes « cette tentative d’évasion de l’EI ne constitue pas une menace significative ». Elle a estimé dans un communiqué dimanche que « si l’EI reste une menace, il n’a clairement plus sa force d’autrefois ».

Les Kurdes, qui contrôlent des régions du nord et nord-est de la Syrie, réclament en vain depuis des années le rapatriement de quelque 12.000 jihadistes de plus de 50 nationalités — européennes et autres — détenus dans leurs prisons.

Une grande partie de ces prisons étaient à l’origine des écoles et sont donc mal adaptées pour garder des détenus sur le long terme.

Déclenchée en mars 2011 par la répression de manifestations prodémocratie, la guerre en Syrie s’est complexifiée au fil des ans avec l’implication de puissances régionales et internationales et la montée en puissance des jihadistes.

Malgré sa défaite en 2019, l’EI parvient toujours à mener des attaques meurtrières grâce à des cellules dormantes.

Le conflit a fait environ 500.000 morts selon l’OSDH, dévasté les infrastructures du pays et déplacé des millions de personnes.

Laisser un commentaire