Dakar-Echo

Climat: les négociations continuent à Lima faute d’accord entre pays pauvres et pays riches

lima_cop20Les négociations en vue de poser les fondations d’un accord ambitieux dans un an à Paris pour limiter le réchauffement climatique se poursuivaient samedi à Lima, après une nuit continue de consultations.

Malgré deux semaines de discussions, les quelque 190 délégations à la 20eme conférence de l’ONU sur le climat ont beaucoup de mal à trouver un compromis sur un projet d’accord devant donner un cadre aux engagements que devront prendre les pays participants courant 2015 pour réduire les émissions de gaz à effet de serre à partir de 2020.

Le secrétariat général de la Convention de l’Onu sur le climat, sous l’égide de laquelle se déroulent ces négociations, a indiqué que les consultations des pays sur un texte amendé étaient terminées, et qu’une séance plénière reprendrait à 10H00 locales (15H00 GMT).

La conférence devait initialement se terminer vendredi soir.

A Lima, un accord sur les engagements nationaux des pays membres doit être formellement adopté, faute de quoi la conférence n’aura pas rempli son objectif de préparer le sommet de Paris sur le réchauffement climatique.

L’absence de règles communes sur le contenu des contributions nationales et leur évaluation réduirait les chances d’un accord ambitieux à Paris, alors qu’il y a urgence à réduire les émissions de gaz à effet de serre pour éviter un emballement de la hausse de la température de la planète.

L’objectif que s’est fixée la communauté internationale est de limiter cette hausse à 2°C, ce qui implique de réduire de 40 à 70% les gaz à effet de serre d’ici 2050.

Les discussions achoppent notamment sur le degré de précision des contributions nationales, sur la forme que prendra l’évaluation des efforts des pays, et sur la question des financements.

L’aide aux pays du Sud pour faire face au réchauffement est enfin un sujet de grande défiance. Certains pays, notamment la Chine, le Brésil, le Mexique, l’Arabie saoudite et la Bolivie (qui préside le groupe G77) exigent plus de visibilité sur la manière de tenir la promesse que le Nord a faite en 2009 d’atteindre 100 milliards de dollars d’aide annuelle en 2020. Pour l’instant, le Fonds vert pour le climat a été capitalisé à hauteur de 10,2 milliards de dollars.

 

Jean Louis Verdier- Bloggeur- Rédacteur en chef Digital -Paris
E-mail: dakarecho@gmail.com Tél (+00) 33 7 51 10 29 13

Articles similaires

Laisser un commentaire