Dakar-Echo

Citation directe de Me Wade qui réclame 6 milliards à Dansokho

SENEGAL-PRESIDENTIELLELes relations entre Amath Dansokho et Me Abdoulaye Wade sont décidément en dents de scie. Si en effet le dernier a été à son chevet, il n’y a guère longtemps, alors que le président d’honneur du Parti de l’indépendance et du travail (PIT) était dans un état critique, dans un hôpital en France, revoilà le même Wade qui sert une citation directe à Amath Dansokho.

Un huissier de Justice commis à cet effet s’est rendu vendredi passé au domicile du ministre d’Etat, insistant pour qu’il prenne le document.

Dans les motifs avancés pour expliquer cette citation où la bagatelle de 6 milliards de francs Cfa est réclamée au président honoraire du PIT, les séries de déclarations qu’il a faites, sur les fuites de capitaux à l’étranger et dont l’ex- président Wade serait l’acteur.

Amath Dansokho avait déclaré, lors de sa dernière tournée à Vélingara, au moins de septembre dernier, que ’’Wade et son régime ont dilapidé tout l’argent du pays.

A chacun de ses voyages à l’extérieur, il ne portait pas moins de 6 milliards de francs dans la soute de l’avion’’, selon des propos rapportés par la presse.

Ce qui est, selon lui, la cause du départ de Moustapha Niasse de la Primature. Le président honoraire du Parti de l’indépendance et le travail (PIT) justifiait ainsi le fait que ‘’Macky Sall a hérité d’une situation économique très difficile’’, du fait des ‘’malversations’’ de l’ancien régime.

«Secret de Polichinelle»
Amath Dansokho, qui a pu voir de quoi retourne l’accusation, a déclaré à l’huissier de justice qu’il n’allait pas prendre possession du papier au motif qu’il avait besoin de la présence de son avocat. Malgré les insistances de ce dernier, le tonitruant leader politique a servi un niet catégorique à l’officier ministériel et public.

Ce dernier a donc déposé le fameux document au niveau de l’hôtel de ville comme le prescrit la loi. La procédure va sans doute suivre son cours, mais cela n’émeut point Amath Dansokho dont un des traits de caractère est qu’il n’a pas froid aux yeux.

Interpellé par nos soins, il confirme bien l’existence de la citation directe, indique qu’elle est programmée pour le 18 octobre prochain et assure qu’il n’a absolument rien à craindre. ‘’Je ne pouvais rien prendre sans la présence de mon avocat. Je prendrais cela en résence de mon conseil’’, dit-il pour évacuer toute ambiguïté.

Il met en garde Me Wade qui, indique-t-il, est venu au Sénégal ‘’uniquement pour déstabiliser’’ le régime.

‘’J’étais pour qu’on trouve des solutions et qu’il nous laisse travailler. Il est venu avec la volonté de perturber le régime. Il l’a même dit’’, dit-il.

Ajoutant s’être bien informé avant d’évoquer l’affaire des fuites de capitaux qui, selon lui, est un secret de Polichinelle pour ceux qui savent.

Voici ce que disait Dansokho à propos des 6 milliards

Amath Dansokho a révélé hier à Vélingara que le Président Wade portait pas moins de 6 milliards de francs Cfa dans son avion et pour chaque voyage. Ce qui est, selon lui, la cause du départ de Moustapha Niasse de la Primature.

Amath Dansokho poursuit sa série d’attaques contre Abdoulaye Wade. A l’étape de Vélingara, le président honoraire du Parti de l’indépendance et le travail (Pit) a déclaré que Macky Sall a hérité d’une situation économique «très difficile». «Wade et son régime ont dilapidé tout l’argent du pays.

A chacun de (ses) voyages à l’extérieur, il ne portait pas moins de 6 milliards de francs dans la soute de l’avion», dit-il.

Mais le ministre d’Etat auprès du président de la République ajoute que «c’est d’ailleurs ce qui a été à l’origine de la démission de son tout Premier ministre», Moustapha Niasse en l’occurrence, en 2001.

Dansokho multiplie les charges contre le prédécesseur de Macky Sall qui, selon lui, «a distribué à la veille des élections (locales) de 2009, près de 3 milliards à Touba, en plein jour, et des véhicules 4X4».

Aujourd’hui, constate-t-il, «(Wade) et ses hommes veulent créer une situation telle que Macky ne puisse pas réaliser ses grands projets pour le Sénégal». Mais, avertit-il, «c’est peine perdu».

Articles similaires

Laisser un commentaire