Dakar-Echo

Cheikh Kanté: Le tourisme est le moteur de la croissance économique du Sénégal

Cheikh Kanté: Le tourisme est le moteur de la croissance économique du Sénégal

Le tourisme est le moteur de la croissance économique du Sénégal, de par son apport dans le produit intérieur brut (PIB), a indiqué mercredi, le ministre en charge du suivi et de l’évaluation du plan Sénégal émergent (PSE), Cheikh Kanté.

« Le tourisme fait partie des premières priorités du chef de l’Etat, le président Macky Sall, parce que c’est un secteur qui a toujours été bénéfique pour notre pays, le Sénégal, où nous avons plus de 500 kilomètres de côte et notre pays est l’un des plus ensoleillés », a-t-il déclaré.

Toutefois, il fait noter que le Sénégal « n’avait pas atteint sa vitesse de croisière » dans ce domaine.

« L’émergence, c’est un ensemble. C’est la conjugaison de la valeur ajoutée sécrétée spécifiquement par chaque domaine d’activités stratégiques », a ajouté M. Kanté lors d’une visite sur le site de Pointe-Sarène (Mbour, ouest) qui abrite une nouvelle station touristique en cours de réalisation.

Il a rappelé que le tourisme contribue autour de 6,5 pour cent au PIB du Sénégal, générant environ 450 milliards de francs CFA dont 67 pour cent proviennent des investisseurs étrangers, le reste relevant des investissements des nationaux.

« Les Sénégalais doivent davantage investir dans le tourisme parce que nous avons tout pour avoir un tourisme de qualité, attrayant », a lancé le ministre en charge du suivi et de l’évaluation du PSE, qui a salué le consensus social autour de ce projet de Pointe-Sarène.

Selon le ministre, sur la base d’un diagnostic de ce secteur, les pouvoirs publics ont fixé des objectifs « clairs, nets et précis » qui veulent que d’ici 2023, le chiffre de plus de trois millions de touristes soit atteint.

« Ce que j’ai vu aujourd’hui à Pointe-Sarène me permet de dire à haute voix que cet objectif sera non seulement atteint, mais il sera bien dépassé », a prédit Cheikh Kanté, qui pense qu’avec les réalisations déjà en cours, l’attractivité du site va tirer les investissements directs étrangers.

A l’en croire, « l’intégration des valeurs locales dans ce projet constitue une clé du succès de ce projet puisque les populations locales toutes entières y ont adhéré ».

« On projette de construire 1300 à 1500 chambres de troisième ou de quatrième génération qui sont aux normes et qui peuvent concurrencer ce qui se fait ailleurs. Nous allons ainsi faire des aménagements modernes pour pouvoir atteindre trois millions de touristes », a lancé de son côté Mame Mbaye Niang, ministre du Tourisme.

L’unité d’aménagement de Pointe-Sarène, d’une superficie de 110 hectares, est constituée de cinq parcelles hôtelières variant entre cinq et dix hectares, chacune ayant une façade minimale sur mer de 250 mètres avec une capacité de 1600 chambres.

Il est aussi prévu un développement de 120 villas haut de gamme alignées et offrant une vue panoramique sur la mer, avec une plazza commerciale dotée de boutiques, restaurants et autres services touristiques.

Onze milliards de francs CFA sont prévus pour financer les infrastructures liées à la voirie, à l’électricité, à l’éclairage et aux installations de télécommunication.

De même, quelque 130 milliards de francs CFA vont être dépensés pour la construction de réceptifs hôteliers, d’espaces administratifs et commerciaux.

Des corridors d’accès publics à la plage caractérisés par l’aménagement de jardins de type écologie littorale et régionale, avec des sentiers piétonniers, ainsi qu’une aire de plage de deux kilomètres constituant le domaine maritime, font partie des réalisations prévues.

Jean Louis Verdier – Rédacteur en Chef Digital – Paris- Dubaï – China
dakarecho@gmail.com – Tél (+00) 33 6 17 86 36 34

Articles similaires

Laisser un commentaire