Intelligence Artificielle

ChatGPT, nouvelle plume du monde politique

ChatGPT a envahi les sphères universitaire et professionnelle et s’attaque désormais au champ politique: des élus l’utilisent pour des discours ou des lois et certains rêvent de le voir porter leurs propres valeurs, mais l’outil fait planer la menace de campagnes d’influence difficilement détectables.

Au Japon, un parlementaire a interpellé fin mars le Premier ministre avec des questions proposées par ce robot conversationnel. En France, il a rédigé un amendement au projet de loi sur les Jeux Olympiques 2024.

Le président français Emmanuel Macron a lui-même récemment mentionné sur Twitter l’intelligence artificielle d’OpenAI, en publiant la capture d’écran d’un échange avec le chatbot qui considère l’Europe « compétitive » dans la course à l’innovation.

La technologie américaine derrière ChatGPT n’est cependant pas initialement conçue pour porter un tel jugement car elle se contente de répondre avec les mots les plus plausibles face à une requête, pouvant donc tenir une position comme son contraire.

M. Macron a lui-même été associé récemment à cette IA: à peine sa dernière allocution télévisée terminée, la secrétaire générale du syndicat de gauche CGT, Sophie Binet, a ironisé en déclarant qu’elle « aurait pu être faite par ChatGPT ».

Le personnel politique tente aujourd’hui de se saisir des possibilités proposées par ce robot conversationnel, qui comptait plus de 100 millions d’utilisateurs actifs en début d’année, deux mois à peine après sa sortie.

Selon Pascal Marchand, professeur en sciences de l’information à l’Université de Toulouse, les IA comme ChatGPT « sont capables de générer des discours très fidèles » aux marqueurs idéologiques traditionnels des politiques.

Mais incapables d’innover, elles sont moins pertinentes pour les partis qui souhaitent « s’adapter à la conjoncture et avoir un discours dans l’air du temps », estime le chercheur.

IA conservatrice ou socialiste
Les partis les plus à droite du champ politique ont également des difficultés avec ChatGPT, qu’ils jugent « woke » et imprégné des valeurs libérales et progressistes de la Silicon Valley.

En France, le président du Rassemblement national Jordan Bardella agite ainsi sur les réseaux sociaux le spectre d’un « autre grand remplacement » par l’intelligence artificielle, tandis que Marion Maréchal, vice-présidente de Reconquête, autre parti d’extrême droite, affirme que le programme nuit à « l’esprit critique ».

OpenAI, ou ses concurrents comme Bard développé par Google, ont effectivement des biais, résultant de leur entraînement à partir d’un immense corpus de textes et des filtres ajoutés par leurs concepteurs pour limiter la génération de propos répréhensibles.

En Nouvelle-Zélande, le chercheur David Rozado a conçu – sans le publier – le robot RightWingGPT, une IA entraînée pour produire un argumentaire conservateur en soutien de la famille traditionnelle, des valeurs chrétiennes, ou du libre marché.

Le nouveau patron de Twitter Elon Musk, investisseur d’OpenAI au lancement de la start-up, a aussi déclaré lors d’une interview vouloir lancer TruthGPT, une IA moins « politiquement correcte » que ChatGPT. Le gouvernement chinois a de son côté édicté des règles pour que l’IA générative « reflète les valeurs socialistes fondamentales ».

« Si quelqu’un développe un robot conversationnel qui va toujours dans le même sens, il pourra fournir des éléments de langage à des convaincus mais il intéressera beaucoup moins de monde », juge Pascal Marchand, qui considère qu’il « ne faut pas trop fantasmer sur la manipulation de masse que pourrait représenter ce média ».

Le fondateur du site satirique belge NordPresse, surnommé sur les réseaux sociaux Vincent « Flibustier », s’y est essayé en créant l' »IA marxiste » ChatCGT avec son frère en début d’année.

Son fonctionnement est « assez basique », explique-t-il à l’AFP. Elle se contente de renvoyer les questions des internautes vers ChatGPT en lui indiquant de répondre « comme le ferait un syndicaliste énervé ». Résultat, selon lui, « c’est un excellent générateur de textes populistes ».

Jean Louis Verdier - Rédacteur en Chef Digital - Paris- Dubaï - Hong Kong dakarecho@gmail.com - Tél (+00) 33 6 17 86 36 34 + 852 6586 2047

Articles Similaires

1 sur 5

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *