Dakar-Echo

Charlie Hebdo: le monde musulman prône une réplique non violente

mosqueeCharlie Hebdo est dans les kiosques de ce mercredi 14 janvier. Le dessin de Une, signé Luz, représente le prophète Mahomed (PSL), avec une larme, et tenant une pancarte «Je suis Charlie», avec ce commentaire «Tout est pardonné». Une provocation de plus ?

Sud en profite pour questionner, dans un dossier consacré au sujet, le travail des caricaturistes, en s’interrogeant sur la liberté d’expression. Celle-ci doit-elle s’imposer des limites ? Qu’est-ce qui pousse les jeunes à se lancer dans le Jihadisme ? Internet s’est-il substitué à l’éducation religieuse de base ? Nous avons donné la parole aux spécialistes pour comprendre.

La rédaction du journal satirique français, Charlie Hebdo va récidiver, après les caricatures qui lui ont valu 12 morts et des blessés, dans sa Une d’aujourd’hui. Il montre le Prophète en larmes avec cette mention : «Tout est pardonné. Je suis Charlie».

Les étudiants rencontrés hier, mardi 13 janvier, à l’université Cheikh Anta Diop de Dakar (Ucad) prônent l’unité du monde musulman pour une réplique non violente.

Apres les caricatures qui lui ont valu 12 morts, des blessés des rassemblements, Charlie Hebdo revient à la charge ce mercredi avec une caricature du Prophète Mohamed (PSL). Avec cette mention : «Tout est pardonné. Je suis Charlie».

A l’université cheikh Anta Diop de Dakar (Ucad), les personnes rencontrées sont pour une riposte à hauteur de l’affront, mais sans armes ni effusion de sang. «L’opinion musulmane est interpelée directement cette fois-ci et doit faire quelque chose sans la moindre violence » a déclaré cet étudiant qui a rappelé que la solution se trouve dans l’unité et le dialogue».

« Les musulmans doivent se concerter pour un dialogue mondial avec les autorités étatiques internationales en faisant face et montrer l’importance de cette religion».

Pour ces étudiants rencontrés c’est une injure portée à l’endroit de l’islam : « pour cette fois-ci personne ne dira que c’est la liberté de presse. Il y a une volonté manifeste de nuire à la religion par le journal Charlie Hebdo.

Cette acte doit rassembler les musulmans », a expliqué Medoune Mbaye étudiant en Master 2 en géographie. «S’il recaricature l’image du Prophète, je dirais que c’est une offense au monde musulman. Figurez-vous les incidents qui ce sont passés en France, notamment au journal Charlie Hebdo, c’est dû à cela.

Encore, c’est une très grosse offense, une provocation pour l’islam. Les attaques djihadistes que le journal a subies ne lui ont pas permis de se mettre en garde. Ils n’ont pas tiré des leçons. S’ils faisaient face à de nouvelles attaques que la France ne soit surprise.

Je pense bien que la vocation d’une rédaction n’est de heurter la foi. Et cela, je dirais que même la population française ne sera pas à l’abri de ces actes. Le président français, François Hollande a intérêt à les alerter», a martelé Seydina Seck étudiant en licence.

Dans le même dynamique Abdou Rahmane Sall Ba étudiant en licence département anglais souligne : « le journal Charlie doit prendre ses responsabilités. Les journalistes n’ont aucune excuse d’offenser la religion d’autrui. Ils doivent respecter le choix de l’autre.

Si Charlie Hebdo recommence avec la caricature quelque jours après attaques de son siège, c’est parce que les journalistes n’ont pas bien décortiqué le message. Ce qui est sûr c’est que le monde musulman ne se laisse pas faire, parce que le Prophète est très cher pour nous ».

Un autre d’ajouter : « Selon moi, le monde musulman n’a pas assez réagi, ce qu’il fait c’est de la violence qui mènent à rien. Caricaturer à nouveau le Prophète c’est de l’injure. Nous ne devons pas répondre par la barbarie. Tuer des personnes ne change pas grand-chose.

La preuve, ils ont tué 12 personnes et les caricatures continuent. Le plus important pour nous les musulmans, particulièrement le monde arabe est de s’unir parce que l’union fait la force. Et dans ce cas on peut bien réagir», a suggéré Mbayang Thiam première année de Géographie.

Pour rappel le siège du journal Charlie Hebdo a été attaqué le mercredi 7 janvier en fin de matinée par des deux hommes armées, faisant 12 mort dont 10 journalistes dessinateurs et deux policiers suite à une caricature du prophète Mahomed (Psl).

Les nouvelles caricatures de Mahomet condamnées par l’Etat Islamique
La une de «Charlie Hebdo» a déclenché la colère de l’Iran, de certaines instances musulmanes et de l’organisation intégriste Etat islamique, qui a jugé sa publication «extrêmement stupide».

L’organisation jihadiste Etat islamique (EI) a jugé «extrêmement stupide» la publication de nouvelles caricatures de Mahomet par le journal satirique Charlie Hebdo, via sa radio.

«Ce journal athée tente aujourd’hui d’exploiter les évènements pour en tirer un bénéfice matériel en vendant un numéro insultant le prophète», déplore la radio Al-Bayane, alors que l’attaque contre Charlie Hebdo a été revendiquée dans la matinée par Al-Qaeda au Yémen.

L’Iran a, lui aussi, condamné la couverture du dernier Charlie Hebdo, jugée «insultante». Le dessin «porte atteinte aux sentiments des musulmans», d’après la porte-parole de la diplomatie iranienne Marzieh Afkham. De son côté, Al-Azhar, principale autorité de l’islam sunnite basée en Egypte, a estimé qu’elle allait «attiser la haine». L’instance représentant l’islam auprès des autorités égyptiennes, Dar al-Ifta, l’a qualifiée de «provocation».

L’Union mondiale des oulémas musulmans, dirigée par le prédicateur Youssef al-Qaradaoui, estime qu’il n’est «ni raisonnable ni logique, ni sage de publier les dessins et les films offensant le prophète ou attaquant l’islam», écrit dans un long communiqué cet organisme, basé au Qatar et présidé par le prédicateur qatari d’origine égyptienne, Youssef al-Qaradaoui, considéré comme l’éminence grise des Frères musulmans.

Les responsables de l’islam de France ont, eux, appelé au calme, à la veille de la parution.

Jean Louis Verdier- Bloggeur- Rédacteur en chef Digital -Paris
E-mail: dakarecho@gmail.com Tél (+00) 33 7 51 10 29 13

Articles similaires

Laisser un commentaire