Dakar-Echo

Ces sénégalais qui rêvent et rentrer et ceux qui veulent repartir

Ces sénégalais qui rêvent et rentrer et ceux qui veulent repartir

De plus de plus de « repats » avaient fait le choix de rentrer au Sénégal à l’appel du président Abdoulaye Wade. Quelques années plus tard, de plus en plus rêvent dorénavant de repartir. De plus en plus optent pour ce ce choix mûrement réfléchi, déçus par la situation économique et politique au Sénégal.

Beaucoup ont soit, démissionné de leur poste soit pour créer leurs « boîtes », soit pour retourner en Europe, au Canada ou aux USA car leurs compétences ne sont pas toujours valorisées au Sénégal, où ils se sentent mal à l’aise. 

Pourtant la croissance du PIB sénégalais a fait un bond de 29,4 % en 2018 selon les dernières publications de l’Agence Nationale de la Statistique et de la Démographie (ANSD). Un chiffre record. La consommation finale, comme l’investissement augmentent,  le poids de la dette baisse. Le touriste qui arrive qui Sénégal trouve un pays avec des chantiers partout, grâce au Plan Sénégal Emergent du président Macky Sall. De nouvelles villes nouvelles comme Diamniadio sortent de terre, …mais les sénégalais ne s’y retrouvent pas.

Mme A.MB qui vivait en Suisse avec ses trois enfants et son mari a décidé de rentrer définitivement au Sénégal il y a de cela quelques années. Sa famille n’était pas franchement enthousiaste à l’idée de leur retour. « Rester en Europe c’est mieux, c’est dur au Sénégal sans compter la pression sociale » leur disait-on.

Ils ont investi toute leur économie dans trois sociétés de restauration rapide et l’import-export de produits divers. Aujourd’hui le couple pense repartir en Suisse, car  disent ils en choeur « rien ne marche ici, les gens ne vous payent pas et au final finissent par devenir vos ennemis. Lorsqu’ils vous doivent de l’argent soit ils sont toujours en voyage voire changent carrément de numéro de téléphone. C’est très dur, on pense sérieusement à retourner en Suisse« 

Même son de cloche chez P.M.Di. un autre sénégalais spécialisé dans l’informatique avec une longue expérience en France à Toulouse. P.M.Di est directeur d’une SSII (une société de services en Informatique) à Dakar depuis son retour de Toulouse il y a une dizaine d’années. Il dit « ne pas regretter ce choix« , mais est en train de tout vendre pour repartir à Toulouse, car « rien ne marche et pour avoir des commandes, il faut avoir une carte du parti au pouvoir ou les soutenir » dit il.

De l’autre côté, il y a ceux, la majorité, qui se demandent bien pourquoi ils quitteraient un poste bien payé en France, aux États-Unis ou au Canada, pour retourner au Sénégal où le taux de chômage s’élève à 48 %, sans la certitude de trouver un emploi.

Pourquoi rentrer alors que la majorité des sénégalais d’ici veulent partir ? 
Sur les réseaux sociaux, Bécaye Cisko a lancé un sujet qui est devenu le mur des lamentations et de complaintes des sénégalais « expats » ou « repats » avec un thread (sujet) qui était le suivant – « Je vais vous dire pourquoi le Sénégal ne se développera jamais »

Rokhaya dit que cela fait trois ans qu’elle est rentrée au Sénégal et elle n’a toujours pas trouvé de travail, elle fait stage sur stage et regrette d’être rentrée au Sénégal. Elle termine en demandant à toutes ces personnes à l’extérieur de ne revenir au Sénégal que lorsque qu’ils sont sûrs d’avoir quelque chose de concret.

Unfollow Me (pseudo) dit haut et fort aux jeunes de se barrer de ce pays et qu’on a une chance inouïe que cela ne vire pas à la guerre civile étant donné que le Macky SALL n’enrôle que ses siens et vu que Abdoulaye Wade avait tenté de mettre en mal les confréries.

Pour Cisco Bécaye seule une volonté populaire peut faire bouger les choses et que le président  joue avec le feu. Et chaque régime en rajoute une couche. On doit se battre pour le Sénégal, mais force est de reconnaître que sans moyens c’est perdu d’avance.

Dibo, lui est triste, il est en dehors du Sénégal, mais qu’à chaque fois qu’il parle de quelqu’un du Sénégal on lui répond que c’est dur, c’est difficile et cela le rend triste.

Mamadou Mansour Diop, relate l’incident qu’il a eu avec son frère et cette discussion lui donne raison. pour lui au Sénégal il faut avoir un « bras long », un bon carnet d’adresses et être un escroc pour réussir.

Pour Mamadou Bâ, élève dans une école d’ingénierie avec de nombreux sénégalais où pourtant l’état sénégalais a investi sur eux, peu d’entre eux envisagent de rentrer et ils sont face à un gros dilemme. Que faire ? rentrer pour ne pas travailler? Impensable

S_laGalsen suggère de lancer une pétition au gouvernement du Sénégal pour l’alerter sur la situation des jeunes du Sénégal et l’envoyer par la suite au président Macky Sall juste avant les élections comme il aura besoin de voix il répondra

Moustapha Diop a mal au coeur en lisant tous les intervenants sur ce sujet. Malgré tous les sacrifices et tous tes diplômes les stages au Sénégal sont sans fin, sans statut. Pour lui, vendre de l’eau est plus rentable au Sénégal.

Pour Mamadou Dieng, l’excellence ne sert plus à rien dans ce pays. Il faut connaître quelqu’un qui connait quelqu’un pour s’en sortir.

Sandro Recel (pseudo) va dans le même sens que Mamadou Dieng, au Sénégal on te demande d’abord tu viens de la part de qui en lieu et place de tes compétences et qualifications.

Ce que confirme Bachir Top, au Sénégal la compétence et le mérite ne paient pas. Soit tu es le fils de ou tu connais quelqu’un de bien placé ou tu es avec le parti au pouvoir pour avoir un travail.

Pour Fulaani Thug(pseudo), un haut placé du régime de Macky Sall lui a proposé un bon poste dans son ministère et les avantages qui vont avec à condition qu’il milite à l’APR!

Ngomzé le Patriote (pseudo) regrette que les dirigeants sénégalais ne savent pas reconnaitre la valeur de leur jeunesse. Le jeune sénégalais est parmi les meilleurs au monde et parmi les plus compétents dans le diaspora…et il comprend maintenant pour les jeunes qui ont bénéficié d’une bourse nationale ne veulent pas revenir et que le gros problème ce sont les dirigeants sénégalais qui n’ont aucune ambition pour le Sénégal ni pour sa jeunesse. Il regrette amèrement de ne pas être parti à l’étranger

Pour LebouBouXess (pseudo) la réponse à ses questions se trouve sur ce thread, eux qui hésitaient à rentrer et servir le Sénégal ou rester, ils ont maintenant la réponse à leurs interrogations. 

Jean Louis Verdier- Bloggeur- Rédacteur en chef Digital -Paris
E-mail: dakarecho@gmail.com Tél (+00) 33 7 51 10 29 13

Articles similaires

Laisser un commentaire