Dakar-Echo

Bureau politique du PDS: Karim Wade en roue libre

Bureau politique du PDS: Karim Wade en roue libre

Conf Internationale du PDS Méridien Président 24 oct 96 002La réunion du bureau politique du PDS de ce jour, samedi 23 mars, semble bien partie pour consacrer le choix de Karim Wade contre candidat du PDS à la présidentielle de 2017.

Contre vents et marées, en guerre ouverte avec la Crei et le régime de Macky Sall, Me Abdoulaye Wade se risque à forcer la main à tout l’establishment libéral pour imposer son fils déjà plébiscité comme porte-étendard des libéraux pour 2017, par tous les courants et mouvements affiliés au PDS, Voire même par les candidatures de façade ou les faire valoir qui se sont mis en lice pour accréditer la « légalité » et le caractère réglementaire de son choix, au cours de ces primaires.

Sauf tsunami de dernière minute, la candidature de Karim Wade à la présidentielle de 2017 sera bien validée par le bureau politique du Pds qui se réunit ce jour, samedi 23 mars, à la permanence Mamadou Lamine Badji.

Pour cause, tous les ingrédients sont en place pour valider le « putsch » que Me Wade a décidé d’imposer à son parti.

Contre vents et marées ! L’appel à candidatures pour la présidentielle de 2017 ayant été bouclé en un temps record, les différents segments du parti comme certains de ses ténors (Oumar Sarr, Babacar Gaye et cie) ayant voté publiquement Karim Wade, la réunion du bureau politique du PDS peut entériner le passage en force sans aucune arrière-pensée de coup fourré venant de quelque bord que ce soit du parti.

Pour cause, les candidats les plus sérieux pour contester le choix de Karim ont été neutralisés par le leadership exercé par Me Wade sur son parti.

Souleymane Ndéné Ndiaye, Aïda Mbodji et cie devront ce jour, constater la réalité du « syndrome du père fondateur» et le fait que le principal actionnaire du PDS est …Me Wade lui-même.

Un leader qui a décidé, sur la base de sa croisade contre la Crei et le régime de Macky Sall qui ont emprisonné son fils, de se risquer à saborder le parti qu’il a créé en 1974 pour mettre davantage de bâtons dans les roues du régime en place.

Voire forcer la libération du fils prodige, quitte à laisser le PDS en lambeaux, du fait des nécessaires retours de bâtons qui le guettent face à ce coup de force et à l’embastillement politique de certains de ses grands responsables qui escomptaient prendre le relais du Pape du Sopi pour porter les couleurs libérales, en 2017.

Que nenni ! Les primaires qui vont se dérouler ce jour laissent libre champ à…Karim Wade. Par la grâce de son père ! Face à l’ancien tout puissant-ministre du ciel et de la terre, on retrouve en effet des candidats presque tous de seconde zone sauf pour le cas de l’ancien ministre Habib Sy par ailleurs homme fort des libéraux à Linguère, et dans une moindre mesure Serigne Mbacké Ndiaye ou même Amadou Kane Diallo, responsable PDS de Ndioum (Podor ) et ancien Directeur général du Conseil sénégalais des chargeurs (Cosec).

Le reste de la troupe, selon certaines indiscrétions, est constitué de responsables libéraux peu connus au bataillon… bleu.

Bref, une dizaine de candidatures pour donner une coloration réglementaire à une élection jouée d’avance. A moins que le maître du jeu au PDS, en l’occurrence Me Wade, ne change les règles du jeu en dribblant son monde, à la dernière minute !

Jean Louis Verdier – Rédacteur en Chef Digital – Paris- Dubaï – China
dakarecho@gmail.com – Tél (+00) 33 6 17 86 36 34

Articles similaires

Laisser un commentaire